Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 08:30

Attention ce livre est pour moi un véritable coup de coeur. (Voilà, comme ça vous êtes prévenus.) André Gorz est un philosophe, grand lecteur de Blanchot, Merleau-Ponty ou Foucault. Il a côtoyé Sartre et Simone de Beauvoir et fait partie de ce cercle d'intellectuels qui, de par leur vie et leur engagement (pas seulement littéraire) ont d'ores et déjà toute mon admiration et me fascinent.

andreedorine-pola.jpg"Tu vas avoir quatre-vingt-deux ans. Tu as rapetissé de six centimètres, tu ne pèses que quarante-cinq kilos et tu es toujours belle, gracieuse et désirable. Cela fait cinquante-huit ans que nous vivons ensemble et je t'aime plus que jamais. Je porte de nouveau au creux de ma poitrine un vide dévorant que seule comble la chaleur de ton corps contre le mien. J'ai besoin de te redire simplement ces choses simples avant d'aborder les questions qui depuis peu me taraudent. Pourquoi es-tu si peu présente dans ce que j'ai écrit alors que notre union a été ce qu'il y a de plus important dans ma vie ? Pourquoi ai-je donné de toi dans Le Traître une image fausse et qui te défigure ? Ce livre devait montrer que mon engagement envers toi a été le tournant décisif qui m'a permis de vouloir vivre. Pourquoi alors n'y est-il pas question de la merveilleuse histoire d'amour que nous avions commencé de vivre sept ans plus tôt ? Pourquoi ne dis-je pas ce qui m'a fasciné en toi ? Pourquoi t'ai-je présentée comme une créature pitoyable «qui ne connaissait personne, ne parlait pas un mot de français, se serait détruite sans moi», alors que tu avais ton cercle d'amis, faisais partie d'une troupe de théâtre lausannoise et étais attendue en Angle­terre par un homme décidé à t'épouser ? "

Ce sont les premières lignes de la lettre qu'il adresse à Dorine, l'unique amour de sa vie, la personne ayant révélé toute l'intensité de son existence. A l'heure où l'on se demande si l'amour pour l'autre peut s'inscrire sincèrement et toujours aussi intensément dans le temps, André Gorz nous offre la plus belle des réponses. Ce texte est le point d'orgue d'une Oeuvre qu'il a mis toute sa vie à construire. Essais, textes autobiographiques, il arrive comme le point final d'un travail d'écriture fastidieux. Et c'est justement en revenant sur un des textes qui l'aura fait connaître (Le Traître) qu'il va offrir une place de choix à Dorine, comme une excuse de l'avoir peut-être un peu "négligée" alors qu'elle occupait la plus importante des places dans sa vie.Histoire-d-un-amour.jpg

Gorz revient tout au long de sa lettre sur sa rencontre avec cette jeune anglaise qu'il décide d'inviter à danser, peu assuré d'une réponse favorable de la part de cette femme à la "démarche de danseuse". Un simple "why not" viendra sceller des décennies passées l'un auprès de l'autre. De discussions littéraires en rendez-vous cinématographiques, de conversations philosophiques en débats politiques, nos deux amants vont se découvrir et s'offrir une relation qu'ils veulent unique et de toute beauté. Une relation à construire, à faire grandir comme ils l'entendent. Ils font le choix suivant "se donner l'un à l'autre entièrement". Cela n'était pas une entreprise aisée, Dorine ayant eu un modèle parental qui " la poussait plutôt à vivre seule et ne jamais être amoureuse". Au fil des pages, il constate avec une mélancolie fragile que Dorine n'a pas toujours été aimée comme elle l'aurait mérité. Convoitée par Sartre lors d'un réveillon, admirée de son cercle d'amis, cette femme qui partage sa vie, relit fidèlement ses manuscrits, travaille auprès de lui en toute indépendance et autonomie le fascine à chaque instant. Il déplore son incapacité à n'avoir pas su "dire"/"écrire" ce qu'il a toujours ressenti. Il l'exprime parfaitement dans ce magnifique passage qui souligne cette impuissance qu'il surmonte brillamment dans Lettre à D. " Le chapitre devait marquer le tournant majeur de ma vie. Il devait montrer comment mon amour pour toi, mieux, la découverte avec toi de l'amour, allait enfin m'amener à vouloir exister; et comment mon engagement avec toi allait devenir le ressort d'une conversation existentielle. Le récit s'arrête donc avant la rédaction du Traître, avec le serment de ne jamais me laisser séparer de toi. [...] L'ennui, c'est qu'il n'y a aucune trace de conversation existentielle dans ce chapitre, aucune trace de ma découverte de l'amour, ni de notre histoire. Mon serment reste formel. Je ne l'assume pas, ne le concrétise pas [...] Je prétends parler de toi comme de la seule femme que j'ai aimée d'amour et de notre union comme la décision la plus importante de nos deux vies. "

C'est en pleurant que j'ai refermé ce livre, chose qu'il m'arrive rarement. Cette amour inconditionnel de l'autre est littéralement bouleversant. J'aurai pu recopier ici une grande partie du livre pour en citer les passages qui résonnent encore au fond de moi. Ceux qui me connaissent un peu et qui auront eu ce livre entre les mains sauront bien évidemment pourquoi... Enfin, les derniers mots de Gorz sont d'autant plus forts quand on connaît la destinée de leur couple : "Je guette ton souffle, ma main t'effleure. Nous aimerions chacun ne pas avoir à survivre à la mort de l'autre. Nous nous sommes souvent dit que si, par impossible, nous avions une seconde vie, nous voudrions la passer ensemble."

Du coup je me sens vraiment en phase avec L'Irrégulière qui a également lu ce livre et qui je pense partage pleinement mon avis sur ce merveilleux texte...

L'oeuvre en quelques citations...AVT_Andre-Gorz_4781.pjpeg-pola.jpg

" Nous avions besoin de créer ensemble, l'un par l'autre, la place qui nous a été originellement déniée. Mais pour cela il fallait que notre amour soit aussi un pacte de vie. Je n'ai jamais formulé cela aussi clairement. Je le savais au fond de moi. Je sentais que tu le savais. Mais la route a été longue pour que ces évidences vécues se fraient un chemin dans ma façon de penser et d'agir."

"Si tu pars, je te suivrai. Je ne pourrai pas supporter l'idée de t'avoir laissée partir [...] Pourquoi donc ai-je l'air si sûr que notre séparation serait plus supportable à toi qu'à moi ? Pourquoi ne pas avouer le contraire ? Pourquoi, dis-je que j'étais responsable de la tounure que prendrait ta vie ? "

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Elise 14/08/2011 20:49


Si un jour quelqu'un pouvait parler de moi en ces termes.. Lecture exquise ni plus ni moins :)


Moka 14/08/2011 21:19



Indéniablement un des plus beaux textes qu'il m'ait été donné l'occasion de lire.



lennycio 04/07/2011 10:49


Perdu ici par hasard.., je rejoint ton coup de cœur.


Moka 07/07/2011 17:22



Te mettrais-tu à la lecture ? Perds-toi autant que tu le voudras ici, par hasard ou non... Je t'embrasse.



Noukette 15/06/2011 22:25


Un bien beau billet que tu as écrit là...


Moka 18/06/2011 10:59



Merci, le livre en vaut vraiment la peine...



Neph 13/06/2011 12:29


Pfiou, quelle claque ! Je crois que je vais le lire rapidement, c'est le genre de beaux livres dont on aurait besoin plus souvent !


Moka 13/06/2011 12:47



Oui, une grande claque. Il est sorti en poche chez Folio ;)



L'Irrégulière 13/06/2011 11:22


Tu me donnes presque envie de le relire, tellement ton article m'a émue. Du coup je te conseille le livre d'Edgar Morin à Edwige, beaucoup plus long mais dans le même esprit : un amour
inconditionnel et absolu (et comme c'est un témoignage réel, ça met de l'optimisme : oui, ça existe vraiment !)


Moka 13/06/2011 12:25



ça me touche ce que tu dis Caro... Du coup je note ta référence pour le livre de Morin car je crois que je suis dans une période où j'ai vraiment besoin d'histoires comme celle-ci...



Pour Faire Connaissance...

  • : Au milieu des livres...
  • Au milieu des livres...
  • : Au fil des pages, mon univers se construit. Des livres, quelques clichés, des envies d'ailleurs, des rendez-vous dans les salles obscures et des instants musicaux.Bienvenue au milieu des livres...
  • Contact

Plongée dans...

 

 

http://syros.fr/blogs/syros-le-blog/wp-content/uploads/2013/04/CV-Nox-tome-2.jpg

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782369020042.jpg

Chroniques

 

Chroniques-livresques.jpeg

 

Comic-strip-copie-1.jpeg

Mon-nombril.jpegMoi-apres-mois.jpeg

On-the-road.jpeg

Je suis ici aussi...

Pinterest.jpg