Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 07:00

Oscar-et-la-dame-rose.jpgOscar a dix ans.

Oscar a une leucémie.

Oscar est condamné.

Oui, je vous l'accorde, on a connu plus réjouissant.

C'est à travers le regard d'un enfant que Schmitt nous fait pénétrer dans l'univers hospitalier. Sans sombrer dans l'écueil facile du récit pathétique et larmoyant, il nous offre une vision "presque" joyeuse, sinon émouvante de ce monde de douleur.

 

Ainsi, Bacon (grand brûlé) Pop-corn (petit garçon obèse), Einstein (hydrocéphale) et Peggy Blue (maladie du sang bleu) accompagnent Crâne d'œuf (Oscar) au quotidien.

Parmi le personnel, nous rencontrons rapidement Mamie Rose. Mamie Rose est, selon ses dires, une catcheuse. C'est surtout une femme un peu vulgaire qui jure sans cesse mais qui a une qualité inestimable : sa grande sincérité. C'est d'elle que vient l'idée un peu saugrenue de persuader Oscar d'entretenir une conversation avec Dieu, conversation qui se voudra épistolaire. Après avoir appris maladroitement qu'il était condamné, Oscar exige une chose: voir cette dame rose chaque jour. Nous sommes le 19 décembre et pendant douze jours, ils pourront se voir. Toutefois, le temps sera étrangement (dé)compté :

"A partir d'aujourd'hui, tu observeras chaque jour

en te disant que ce jour compte pour dix ans."

Oscar accepte aussitôt ce jeu avec le temps. Il promet également à Mamie Rose d'envoyer chaque jour une lettre à Dieu. Les jours passent et Oscar s'amuse à grandir, plus vite que les autres. La dame rose l'invite à se dépasser, à vivre les grands moments que se doivent de vivre les adolescents... Puis l'âge adulte arrive vite. Trop vite.

C'est ma deuxième lecture de ce court titre de Schmitt. Je me souviens l'avoir découvert il y a quelques années et en avoir gardé un souvenir ému. Je relis rarement les livres, (excepté l'Antigone d'Anouilh) et cette relecture fut pour moi profondément bouleversante. Schmitt parvient à dédramatiser un sujet on ne peut plus tabou que la mort d'un enfant et parvient même à nous faire rire. Si l'enfant voit sa vie avancer à un rythme plus cadencé, nous savons tous quelle en sera l'issue . Nous savons que chaque nouvelle lettre envoyée à Dieu l'entraîne un peu plus vite vers la mort. Et quelles lettres ! Brillamment, Schmitt offre à ce petit texte une dimension philosophique claire mais subtile portée par le personnage de la dame rose. Interlocutrice privilégiée, elle parvient, par son statut, à réaliser ce que des parents, trop maladroits et malheureux dans une telle situation ne peuvent faire... Et c'est encore elle qui, tout en douceur, accompagnera le lecteur lors de l'ultime courrier

Après quelques années sur mon étagère, j'ai pris un immense plaisir à redécouvrir ce texte malgré le nœud au ventre qui nous envahit quand nous approchons de la fin du livre. Au fil des pages, l'émotion nous gagne, des visages apparaissent et Oscar s'efface pour laisser place à un proche, à une absente. Ces lettres l'une après l'autre sont une jolie manière d'apprivoiser la mort qui vient. Celle à laquelle on se "peut" se "préparer", mais sans jamais être finalement prêt.

Théoriquement, ce livre devrait avoir été ouvert, aussitôt fermé, perdu, dévoré, oublié, détesté, apprécié, lu par mes quatrièmes. Avant même les vacances, certains lecteurs sont venus me dire à quel point ils avaient aimé et avaient été touchés par ce petit livre qui "se lit trop vite". Certains d'entre eux ont même avoué à demi-mot avoir eu envie de pleurer, avoir retenu leurs larmes. J'aime quand les livres les font réagir. J'aime qu'ils goûtent à ces sensations de lecteurs qu'ils n'ignorent que trop. Bref, j'attends impatiemment la rentrée pour en parler un peu avec eux car il est indéniable qu'il ne les laissera pas indifférents.

Je n'ai aucune idée de ce que vaut le film (des avis ?) et l'idée d'une dame rose incarnée par M.Laroque ne me réjouit guère mais je laisse la bande-annonce aux plus curieux d'entre vous...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marion 19/11/2011 12:31

Lundi 19h30, par contre? (je termine les cours tard!) Est ce qu'il y a autre chose que je dois savoir? C'est ma première lecture commune! =S

Moka 20/11/2011 20:00



ça fait tard pour la publication du coup. Mercredi matin ça irait ? Sinon rien de spécial à faire, indiquer avec quel blog tu fais la lecture commune et faire un article comme tu le fais
habituellement. ;)



Marion 15/11/2011 08:19


aucun soucis! =) Tiens moi au courant! =)


Moka 19/11/2011 09:39



Voilà c'est fini ! On publie l'article lundi ? Merci pour ta patience :)



Noukette 11/11/2011 22:47


Un très grand et beau souvenir...


Leiloona 10/11/2011 18:07


Jamais lu, et j'ai failli le lire pour mes 4è, justement. Si j'en ai l'an prochain, je le lirai, histoire de leur proposer. C'est difficile de trouver un classique abordable pour le genre
épistolaire.


Philippe D 09/11/2011 21:34


Je n'ai bizarrement pas été très touché par ce texte qui a fait couler beaucoup de larmes. J'ai apprécié mais sans plus.
Bonne soirée à toi.


Pour Faire Connaissance...

  • : Au milieu des livres...
  • Au milieu des livres...
  • : Au fil des pages, mon univers se construit. Des livres, quelques clichés, des envies d'ailleurs, des rendez-vous dans les salles obscures et des instants musicaux.Bienvenue au milieu des livres...
  • Contact

Plongée dans...

 

 

http://syros.fr/blogs/syros-le-blog/wp-content/uploads/2013/04/CV-Nox-tome-2.jpg

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782369020042.jpg

Chroniques

 

Chroniques-livresques.jpeg

 

Comic-strip-copie-1.jpeg

Mon-nombril.jpegMoi-apres-mois.jpeg

On-the-road.jpeg

Je suis ici aussi...

Pinterest.jpg