Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 15:00

Mon-nombril-5411.JPG

9h-9h30 Petit déj, lecture, coussins et canapé.

Mon-nombril-5303.JPGThé & macarons. Vis ma vie de petite bourgeoise.

Un dimanche veille de départ avec son lot de choses plus ou moins agréables à faire... Demain, je m'envole avec mon homonyme pour Dublin. Camille connaît la ville comme sa poche et je la tiens d'avance responsable de mon découvert de novembre et du dérèglement de ma balance à mon retour. Déjà impatiente d'arpenter les rues dublinoises, de faire le plein de jolies photos, de remplir ma valise de trouvailles et de partager ces quelques jours auprès d'elle. Un changement d'air qui fera du bien et qui tombe "au bon moment". Pensée pour Marion qui s'envole demain pour Budapest, ville très bien placée sur ma liste des voyages à faire prochainement...

Je vous donne rendez-vous en fin de semaine !

Repost 0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 07:00

Jeunesse-5367.JPG

C'est officiel, mes étagères comptent un bijou de plus du côté des albums... C'est mon premier Jimmy Liao et me voilà déjà conquise. Quelle petite merveille ! 

" Elle a l'habitude de tourner à gauche, il a la manie de tourner à droite.

Ils ne se sont jamais rencontrés."

Deux jeunes voisins, un immeuble très new-yorkais, un parc, des escalators, des rues, des grilles, des chemins... Un même univers familier, et pourtant, jamais nos deux héros ne se croisent. Elle boit des thés dans son appartement cosy, il boit du café en zappant et en attendant de mettre son nez dehors. Et un jour : LE face à face et une journée qui passe à une vitesse folle. Une journée durant laquelle on se sent grisé, étourdi par la simple présence de l'autre.

"Ils sont tous deux convaincus qu'une passion soudaine les a réunis.

Une telle certitude est belle, mais l'incertitude est plus belle chose encore."  

Wislawa Szymborska

Sauf que dans ce petit monde, les choses ne se déroulent pas toujours comme dans un conte de fées. Très vite, nos héros sont séparés. Une histoire si bête de papier, d'encre et d'eau. Un triste concours de circonstances. Commence alors l'attente interminable avec en suspens, cette question : vais-je croiser de nouveau son chemin ? Les saisons défilent et l'univers de Jimmy Liao vient nous envoûter. Chaque petit détail saura toucher le lecteur attentif: chercher les héros au coeur d'une foule d'anonymes, regarder virevolter les feuilles d'automne dans le vieux parc. (En nous disant que demain, nous irions volontiers nous balader sous ce même soleil froid emmitouflés dans notre écharpe.) Il nous arrivera aussi de pester contre ces petits êtres qui ne se voient pas ou qui prennent des directions opposées alors qu'ils sont souvent l'un près de l'autre... Enfin, sûrement parce que cette histoire nous enveloppe de douceur et de poésie, il nous sera impossible de ne pas avoir envie de poursuivre la découverte des autres bijoux de Liao et de ne pas chérir éternellement celui ou celle qui nous aura fait pousser la porte de cet univers onirique et chaleureux...

http://tourner1page.fr/wp-content/uploads/2011/12/DSCN2986-350x350.jpgEn bref, Soizic : MILLE MERCIS !  Les mots me manquent tant j'ai aimé cette histoire. Je comprends tellement ton admiration pour l'artiste et les raisons pour lesquelles il t'inspire tant lorsque toi aussi tu te transformes en magicienne avec tes crayons et tes pinceaux... La Lune perdue sera sans aucun doute ma prochaine lecture...


Repost 0
Published by Moka - dans Albums
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 09:00

PAL-et-PAC.jpg

 

Mon-nombril 5196

L'une des piles est plus plaisante que l'autre à faire diminuer... Mais, dans les deux cas de figure, j'accompagne ces moments de petites douceurs... Les mignardises ont au moins l'avantage de vous faire croire que non, vos hanches ne subiront pas les lourdes conséquences de ces pauses gourmandes. C'est si petit, aucun risque... (Processus d'auto-conviction raté...)

Voilà, je profite vraiment de ces vacances, même si les copies me rappellent que j'ai encore pas mal de choses à régler côté boulot avant mon départ pour Dublin avec Camille la semaine prochaine. Entre rédactions, bilans de séquence et petits paragraphes argumentés, les heures de correction sont longues et les moments de lecture sont particulièrement appréciables. Ma PAL "Toussaint" diminue donc à un rythme satisfaisant : j'ai dévoré un magnifique album conseillé par Soizic, je viens d'achever une pièce d'Anouilh dont je vous parlerai bientôt et j'avance dans le dernier Echenoz. Il me tarde également de commencer Marcus de Chazal acheté un peu par hasard la semaine dernière... Et vous que lisez-vous en ce moment ? [Et Camille, quel(s) livre(s) emportes-tu dans ta valise dublinoise ? ]


Repost 0
Published by Moka - dans Mon nombril
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 09:13

Mon-nombril-5289.JPG

Ma nouvelle robe irlandaise et mes talons bleus sur les pavés du Vieux Lille.

Hier, une très jolie parenthèse lilloise. Partie pour passer la journée avec Dom, j'ai finalement recruté une invitée surprise pour quelques heures entre balade, pause gustative et shopping. Un moment à trois, comme "avant". Classique passage par mes incontournables boutiques: Les Cousines de Léon, Zara Home, H&M, Meert... J'en ai aussi profité pour faire le plein de collants d'hiver histoire de continuer à porter des robes même par -10° ! Enfin, la femme organisée que je suis (ahumm...) est même parvenue à faire quelques premiers cadeaux de Noël !

La fin de journée était placée sous le signe des retrouvailles après bien des occasions manquées avec  mon amie Marion (et sa toute nouvelle coupe de cheveux. ) Malgré le froid, nous sommes allées déguster des glaces chez Kokoa  et nous avons essayé de rattraper "les bavardages et le temps perdus"... Finalement, la soirée s'est prolongée au Naka, un restaurant chinois-japonais que j'aime beaucoup avec sa famille pour l'anniversaire de son petit frère (15ans, une Grim' et des cadeaux). Deux moments agréables qui tombent à point nommé. Des instants toujours trop rares mais ô combien doux et plaisants...

Mon-nombril 5255Le Square : une pause gourmande à conseiller.

Mon-nombril 5281

Chaises fleuries et ambiance chaleureuse sur vieux parquet.

Mon-nombril 5259

Ma robe, ma soeur. (Et je n'ai pas la photo, "ma robe, Marion")

 

Repost 0
Published by Moka - dans Mon nombril
commenter cet article
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 08:00

My-October-2012-blog.jpg

Une petite souris qui vient dérober bijoux et sacs en tissus en me rendant visite/ Un Marshall acrobate / Renoncer aux pauses nocives de 17h et à toutes les autres / Voir son vieux couple d'amis sauter le pas et acheter leur maison / D'autres visites... / La première rencontre du Chevelu avec ses Terminales S / Une interview dans un journal local pour faire écho à une autre... /Ne compter que sur internet pour entretenir un semblant de relation /Un repas entre princesses chez ma Blonde / La fin d'une longue histoire pour un ami qui a fait le bon choix / Cuisiner pour le collège et déserter la cantine / Recevoir un texto que je n'attendais plus / Un coup de coeur pour des briques et un merveilleux carrelage / Ecouter les Brigitte en boucle / Passer un week-end à bosser, être crevée mais ravie du résultat ! / Trop traîner sur mon profil Pinterest /Un dernier virement en guise de point final /Laisser exploser sa colère sur son connard de voisin qui malmène son petit roux/ Faire un signalement à une A.S /Le défi pomme de terre avec ma Blonde / Une visite qui ne se révèlera finalement pas concluante, malgré le beau carrelage./Les petits passages furtifs mais plaisants de Daphné, Gabin et Théophane / Un prénom qui surgit en pleine nuit/ La peine immense, discrète et contenue de ma Rousse /Finir ce Winterson qui m'attendait depuis longtemps / Retrouver le temps de lire (un peu)/ M'enivrer de beaux mots et de musiques / Retrouver Dom à Saint-Q. /Laisser mon père sauver-achever mon lave-vaisselle, dans le couloir de la mort depuis plus d'un an.../Entendre le nouveau Muse et songer à celui qui aime tant ce groupe / Les pieds dans l'eau /Une envie folle de cuisiner /Aimer d'amour Camille redouble /Une pomme de terre contre nature/ Se dire qu'il y a un an, Pénélope retrouvait son Hippolyte le temps d'un tête à tête. /Préparer ma liste pour le Père Noël / Aller chez le médecin /Récupérer mon lave-vaisselle et me dire que le bonheur tient à bien peu de choses / Se débarrasser de choses encombrantes / Les cadeaux de Dom / Ses attentions / Sa capacité unique à vouloir le bien de ses filles / De nouvelles priorités / De battre mon coeur... / Des pauses gourmandes à la librairie / Une séance ciné et un resto avec ma Rousse/Dormir sur un coussin à 80 euros / Le petit déj thé-croissant /Une claque / Une faveur impossible à accorder / Un profond dégoût et une colère incommensurable /Celle(s) qui savai(en)t / Le dernier coup apporté à une relation déjà fragile/ Une décision sans retour / La crémaillère d'Elise / Se contenter de quelques phrases /Beaucoup de bruit pour rien /Un dimanche culinaire et une soirée DVD chez les F. /Prendre le temps de lire /Le jour où j'ai aimé James Bond/James n'a plus de papier /Un rire diabolique / Visiter deux nouvelles maisons /Une journée à Lille pour voir Dom et Marion/Une surprise pour la Dom/Papoter et rattraper quelques bavardages avec Marion autour d'une glace alors qu'il fait très froid dehors/M'incruster pour mon plus grand plaisir au repas d'anniv d'Alex.

Repost 0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 15:00

Deux films, deux ambiances on ne peut plus différentes... D'un côté le héros, l'homme de toutes les situations, celui qu'aucune péripétie ne va effrayer. De l'autre, un homme, héros à sa manière, qui devra affronter seul, le plus grand drame de sa vie. On sort de l'un incapable de nier que finalement, c'est terriblement excitant de voir un bon film d'action , on quitte l'autre encore assommé par le poids oppressant d'une agonie de deux longues et interminables heures.

http://cdn1.screenrant.com/wp-content/uploads/james-bond-23-skyfall.jpg

Skyfall de Sam Mendes

Oh mon Dieu. Je ne sais pas ce qu'il m'arrive mais me voilà très bon public des films d'action et des histoires de super-héros. Il y a deux ans, un grand passionné de ciné avait fortement insisté pour que je regarde Rocky, m'assurant sans aucun doute que j'allais apprécier. J'avais ri, en petite impertinente, persuadée du contraire. En quelques séances de rattrapage, j'ai dévoré l'intégrale, fascinée par cette oeuvre incroyable. Même contexte avec le somptueux The Karate Kid (2010) qui m'avait arraché des larmes et que j'avais trouvé de toute beauté, malgré tous mes préjugés sur ce genre de films. Je ne pensais pas renouveler l'expérience avec les James Bond (que je méprisais ouvertement) et voilà que Skyfall m'a littéralement scotchée. Quel fabuleux moment ! Une intrigue pleine de rebondissements, riche de symboles, des personnages piquants, un Javier Bardem qui perd de son sex-appeal mais qui se révèle un monstre d'une savoueuse cruauté. Tous les ingrédients sont là et la magie opère. (Mention spéciale pour le générique merveilleusement pensé et la BO d'Adèle.) Bref, comme une furieuse envie de regarder Casino royale.

 

http://static.mensup.fr/article/grande/amour_de_michael_haneke.jpg

Amour de Haneke

C'est dans l'intimité du couple Trintignant /Riva au jeu magistral que le spectateur pénètre. Deux êtres qui ont passé toute leur vie l'un auprès de l'autre, au rythme de leur petit quotidien doux et serein. Jusqu'au jour où Jeanne montre quelques signes de faiblesse: absences, maladresses, oublis. Le verdict tombe rapidement, la cruelle vieillesse rappelle qu'elle est bien là et fait son oeuvre. Après une hospitalisation, Jeanne rentre chez elle, hémiplégique. Son époux prend soin d'elle, malgré le bouleversement que cela implique pour eux. Il joue alors son dernier rôle, témoin impuissant d'un long adieu et accompagne sa douce vers l'inévitable... 

Non, je n'ai pas aimé follement ce Haneke. Parce que je l'ai vraiment subi. J'ai eu mal, j'ai étouffé, je me suis laissée prendre au piège, j'ai pris une claque. Le fantôme de ma grand-mère était là, réveillant des douleurs, des souvenirs, des gestes, des odeurs, des mots, des mains qui se frôlent chaque jour "encore une dernière fois". Je suis ressortie de cette séance tourmentée, gagnée par un malaise difficile à dissiper. Haneke saisit la mort qui oeuvre lentement, qui dévore le corps et l'être cher, froidement, sans aucune larme. Il dissèque la fin d'un amour et filme les rares proches dans leurs maladresses, dans cette nécessité inacceptable de se résoudre aux adieux. Lorsque Jeanne laisse échapper son dernier souffle, c'est pour nous une bouffée d'oxygène libératrice. On "revit" quand elle s'éteint. Un cinéma fort, difficile à digérer, une oeuvre grinçante qui ne laisse pas indemne.

 

Repost 0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 09:03

Pinterest-Moka.jpgCliquez sur l'image pour retrouver mon profil...


J'ai découvert tardivement Pinterest... Me voilà désormais inscrite sur ce site aux images qui donnent envie. J'y retrouve d'ailleurs avec plaisir quelques blogueuses ou copines...


Bon lundi à tous et pour les blogueurs de l'EN, bonnes vacances !

Repost 0
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 18:00

http://www.zag-rider.com/wp-content/2012/10/film-dans-la-maison-francis-ozon3.jpg

Dans la maison de François Ozon.

Vendredi. Dix heures. Alors que certains devront attendre dix-sept heures, je fais partie des chanceuses en vacances avant l'heure officielle. Et aujourd'hui, c'est déjà dimanche. Un week-end où tout s'est enchaîné très vite. Avec son lot de bons et de moins bons moments...

En bref, pour ceux qui suivent, j'ai enfin retrouvé l'écrivain avec lequel je travaillerai cette année. (Le début de l'histoire ici.) Le projet se met en place et nous avons plein d'idées pour rendre ces rencontres plaisantes. Après nos deux heures de discussion et quelques démarches administratives d'avant-vacances, direction ma librairie adorée pour une pause "formation"et pour un petit goûter improvisé avec Al et Nathalie.

La soirée s'achève enfin sur Amiens avec ma Rousse : nous célébrons ce début de vacances en gardant un pied dans notre quotidien. Dans la maison faisait beaucoup parler de lui et l'idée de retrouver le succulent Luchini sur le grand écran nous réjouissait d'avance... Gros flop et déception évidente. Tout était là pour nous plaire mais en vain, cet Ozon ne tient vraiment pas ses promesses et je peine à comprendre pourquoi tout le monde s'enthousiasme tant pour ce film.

Samedi: réveil chez La Rousse autour d'un petit déj. A un coup de fil et quelques textos près, la matinée aurait pu avoir des allures de perfection. Allez, j'encaisse, prends les décisions et les distances qui s'imposent. Un peu de shopping et un resto avec les parents et c'est l'heure pour moi de vivre la vie d'une libraire l'espace de quelques heures pour dépanner ma copine. Et j'aime ça. Follement. (Surtout quand le Chevelu arrive avec une tarte citron meringuée pour le goûter...)

A peine rentrée de ma mission en librairie, je pars me perdre dans le Vermandois pour la crémaillère de ma petite soeur. Le retour avec notre SAM la Blonde sera mémorable : on se raconte des histoires qui font peur, on prend des fous rires et on se perd dans des chemins de terre grâce au GPS de Mel qui nous a finalement ramenés à bon port.

Dimanche matin, réveil doux et sans réveil. Enroulée dans deux couettes, je sors affronter le froid et je me lance pour une opération pain perdu. Le meilleur que j'aie fait jusqu'à maintenant. Ensuite, un bain lecture, parce que c'est dimanche. Je savoure un album dont je vous parlerai bientôt. Un vrai bonheur.

Ce soir, je m'échappe pour un dimanche chez les copains F.

Demain, c'est lundi et le réveil ne sonnera pas.

Mon-nombril 5149

Moka, au milieu des livres...

Mon-nombril-5153.JPG

Un conseil lecture ?

 

Repost 0
Published by Moka - dans Mon nombril
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 07:00

Broche-5134.JPG

Avoir ce livre entre les mains, c'est être face à une jolie boîte à musique. En plus moderne certes, et sans la jolie danseuse. Une couverture aux couleurs chaudes, aux courbes délicates, un poil psychédélique. On l'effleure du bout des doigts et on apprécie ses reliefs... On décide alors d'aller plus loin, de tourner les premières pages et de rencontrer Lou, le héros de l'histoire. On tombe ensuite nez à nez avec Dexter et comme Lou, on s'attache à ce personnage aussi mystérieux que curieux.  C'est lui qui donne le ton, lance la musique, fait vibrer les oreilles et les corps et qui va aiguiser la curiosité de Lou. Alabama blues ou comment (r)éveiller le mélomane qui sommeille en nous. En quelques clics ingénieux, la mélodie accompagne notre lecture et les lignes de mots se transforment en portées. L'alchimie se fait. La magie du blues opère. Difficile de poser le livre malgré le repas de famille du dimanche qui vous appelle. Il est trop tard. Vous serez sans nul doute en retard, absorbé par les mots et les notes.

Après l'écriture d'une histoire à quatre mains (Les Blue Cerises que je vous recommande chaudement) Maryvonne Rippert offre à ses lecteurs (impatients de la retrouver depuis le gros succès de Métal Mélodie) un livre au concept original: ce roman musical va vous donner enfin  une raison valable de passer du temps sur votre smartphone ! Un petit logo (flashcode) surgit au détour d'une page et vous donne immédiatement accès aux pistes de l'album des Chics Types donnant une dimension nouvelle à la lecture. On se prend au jeu de découvrir chaque titre et on laisse volontiers le rythme nous envahir. Décidément, les éditions Oskar font de jolis choix éditoriaux... Un merveilleux hommage à la musique qui ne fait que confirmer mon amour pour les mots de Maryvonne Rippert.


Pour poursuivre la découverte :  

Le site web des Chics types : ici

Le blog de Maryvonne Rippert : ici

Le site du livre, l'histoire du projet : ici


 

 


 


Repost 0
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 07:00

Broche-5125.JPG

"Une lecture estivale sympathique, que j'oublierai sûrement assez vite mais qui reste agréable dans l'ensemble." Voilà les derniers mots que j'avais écrits au sujet du premier Nicolas Rey (Un léger passage à vide) que j'avais lu il y a quelque temps. J'avais de cet auteur, l'image d'un Beigbeder un peu fade et sans le même sens de l'humour et de la formule pour parler d'amouuuuuur... Toutefois, je n'étais pas totalement réticente à l'idée de découvrir son dernier titre et je n'ai pas hésité à répondre un grand "OUI" lorsque Pierre Krause m'a proposé d'écrire une chronique pour ce titre de la rentrée littéraire. (Ce sera peut-être le seul, bien que de nombreux titres me fassent envie sur les étagères de ma librairie adorée.) 

Nicolas commence donc son roman (autobiographique rappelons-le) par une conversation avec son éditrice autour d'un projet de roman. Il peine à remplir ses feuilles blanches et doit se mettre activement au travail. Comble de malchance, il ne peut même pas se permettre un rail de coke, car monsieur a digéré sa rupture avec Marion, la mère de son fils, et va mieux, étant passé par la case désintox. 

Et tout à coup, voilà que Maud débarque dans sa vie. En un rapide coup d'oeil, un geste et quelques mots, il sait que c'est Elle. Pas d'élans lyriques, de romantisme exacerbé. Non, Maud n'est pas de ces filles-là. Elle jure, boit puis vomit, n'hésite pas à clamer haut et fort que tout Paris lui est passé dessus -même les moches- et ce juste quand elle s'envoie en l'air pour la première fois avec Nicolas. Voilà Maud, dans ses grandes lignes. (ndlr : dans la vraie vie, Maud, c'est Emma, la fille du génialissime Fabrice L.)

Si Nicolas a rapidement la sensation qu'il passera le reste de sa vie à ses côtés, Maud, elle, est très claire : pas d'engagement, de relation "durable". Sexe, alcool, fêtes et amusement sont les mots qui rythment son mode de vie. Sauf que la relation s'installe, la complicité naît et l'engagement s'impose plus ou moins de lui-même au fil des jours. Cela peut-il réellement durer ?

J'ai achevé ce livre cette semaine après deux grosses semaines de boulot sans la moindre occasion d'ouvrir un livre. Je ne pensais pas l'apprécier autant. Hier, en regardant La Grande Librairie (merci le replay), François Busnel, dont Monsieur Rey était l'invité, a dit que ce titre était probablement le meilleur livre qu'il ait écrit. Je n'ai pas assez de recul sur son oeuvre, mais j'ai aimé cet homme qui se prend au jeu des sentiments, se veut fidèle, qui aime et le dit avec beaucoup d'humour et de sincérité teintée de cynisme et de tendre naïveté.

De plus, derrière le fil rouge de l'histoire d'amour s'immisce le discours du père qui s'adresse à son fils et anticipe les grands moments de sa vie, notamment de sa vie amoureuse. De jolis passages à l'image du roman, un clin d'oeil à Gide et des mots qu'on se plaît à relire une fois le livre fermé. Rey voulait faire un livre optimiste, le pari est réussi, et il parvient même à gommer (mais pas encore totalement) le fantôme beigbedien qui planait au-dessus de son dernier livre...

J'en profite pour enrichir mon "Challenge amoureux",

que vous retrouvez chez L'Irrégulière avec un titre qui contient le mot amour.


Merci à Pierre Krause et aux Editions du Diable Vauvert pour cette lecture.

http://www.audiable.com/images/logo.gif

Repost 0
Published by Moka - dans Romans
commenter cet article

Pour Faire Connaissance...

  • : Au milieu des livres...
  • Au milieu des livres...
  • : Au fil des pages, mon univers se construit. Des livres, quelques clichés, des envies d'ailleurs, des rendez-vous dans les salles obscures et des instants musicaux.Bienvenue au milieu des livres...
  • Contact

Plongée dans...

 

 

http://syros.fr/blogs/syros-le-blog/wp-content/uploads/2013/04/CV-Nox-tome-2.jpg

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782369020042.jpg

Chroniques

 

Chroniques-livresques.jpeg

 

Comic-strip-copie-1.jpeg

Mon-nombril.jpegMoi-apres-mois.jpeg

On-the-road.jpeg

Je suis ici aussi...

Pinterest.jpg