Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 07:00

Prix des Incorruptibles-pola

Le prix des Incorruptibles est un temps fort dans la vie des lecteurs des écoles, collèges et lycées... Il y a deux ans, j'avais eu le plaisir de participer à ce prix avec mes trolls de sixième et je renouvelle l'expérience cette année avec une de mes cinquièmes. Pour célébrer cette occasion, mon blog va donc désormais compter une section jeunesse, pour mettre un peu plus en avant cette littérature que je méconnais et qui me plaît de plus en plus...

Albums lus, romans chroniqués, critiques des sélections Inco' et BD jeunesse, je vais m'efforcer de rendre le contenu de ma "bibliothèque virtuelle" un peu plus lisible...


Pour revenir au Prix des Incorruptibles, voilà la sélection pour les niveaux 5e et 4e :

Poils au nez de Cécile Chartre

Mademoiselle Scaramouche de Jean-Michel Payet

Vango de Timothé de Fombelle

L'Apprentie de Merlin de Fabien Clavel

Les Haut-Conteurs d'Olivier Peru & Patrick Mc Spare

 

J'ai donc découvert le premier des livres de la liste. La critique sera bientôt publiée. Si vous faites partie de ceux qui découvrent comme moi la sélection, n'hésitez pas à me transmettre vos liens afin que je puisse les ajouter à mes articles au fil de mes lectures...

Prix des Incorruptibles-pola

0/5

Repost 0
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 07:00

La-Disparition.jpgUn de mes cinquièmes m'a conseillé de lire cette BD saluée par de nombreux blogueurs, qu'il trouve tout simplement "GENIALEEEEEE !" J'ai donc voulu partager l'enthousiasme de Tristan qui  est d'ailleurs prêt à toutes me les prêter... (Comme j'aime mon métier  ! )

C'est dans son quotidien le plus banal que nous découvrons Fortville, une ville des plus classiques. Fin de journée, tout le monde rentre du travail et rejoint le domicile familial. Chaque couple s'affaire en cuisine, chaque enfant rentre de l'école avec son lot de devoirs et de choses à raconter. Seule "ombre" au tableau : une chaleur insupportable voire même étouffante envahit la ville.

Le lendemain, rien n'est plus comme avant. Tous les enfants des premières planches se retrouvent SEULS. Plus aucun adulte pour s'occuper d'eux. Les voilà livrés à eux-mêmes dans une ville qui a perdu le charme des premières pages et qui s'apparente plutôt à une jungle, les animaux du zoo ambulant s'étant échappés de leur cage.

Pour ce premier volet, les premières personnalités sont esquissées : Camille, "l'intello" de la classe, Leïla, une jeune fille débrouillarde et bricoleuse; Terry le petit capricieux qui pleurniche un peu trop, Dodji, le jeune enfant en foyer, Yvan le geek un peu mou... J'ai vraiment beaucoup aimé découvrir cette BD dont je n'avais jusqu'à maintenant entendu que du bien. Ce tome lance les premiers rouages de l'action et l'on a très envie de découvrir la suite, de connaître les raisons qui expliqueraient la situation dans laquelle nos héros se retrouvent.

Cette BD s'inscrit dans la grande lignée des oeuvres qui tentent, chacune à leur manière de répondre à la question : et que ferions-nous sans les adultes, livrés à nous-mêmes ? Jules Verne dans son Deux ans de vacances et Alexandre Jardin dans La Révolte des Coloriés ont tenté d'y répondre et cette BD offre à son tour une histoire durant laquelle les enfants devront se montrer autonomes et motivés pour sortir d'une situation pour le moins incongrue.


Moka  chez Mango pour la BD du mercredi...

Repost 0
Published by Moka - dans Comic strip !
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 07:30

Le Combat d'hiverMa culture littéraire dans le domaine de la jeunesse est à perfectionner. J'ai lu tous les Harry Potter (à l'exception du dernier opus que je me réserve pour "plus tard"...), je connais quelques auteurs comme P.Barbeau, E.Balaert, A.Vantal, Thomas Scotto (un de mes préférés !), Maryvonne Rippert (que j'aime d'amour) , C.Roumiguière pour avoir eu l'occasion de les croiser lors de rencontres auteurs/élèves. Je m'intéresse également de plus en plus aux albums que j'aime lire et relire et qui parviennent parfois à m'émouvoir aux larmes... Je n'alimenterai donc pas ici les débats souvent stériles sur la question du statut de la littérature jeunesse dans le paysage littéraire étant convaincue de ses bienfaits et des petits trésors qu'elle nous offre.

Et voilà qu'il y a quelques mois, Hélène, ma collègue doc, les yeux qui brillent et la gorge serrée, m'apprend avec enthousiasme et émotion que l'on va accueillir Jean-Claude Mourlevat courant janvier. Je ne partage pas immédiatement son immense joie, (bien que ravie de rencontrer un nouvel auteur) ne le connaissant que très vaguement et sachant juste que L'Enfant Océan, un de ses premiers livres, était recommandé par les programmes de l'EN à l'époque où la littérature jeunesse avait une place plus conséquente dans l'enseignement du français. Pour être prête pour la rencontre, j'ai tardivement commencé à découvrir ses écrits en ouvrant Le Combat d'hiver. Un choix guidé par la couverture magnifique de la première édition qui m'a immédiatement rappelé Prague et le Pont Charles. (Celle ci-dessus est nettement moins jolie...)  Or...

Maintenant, je sais.

Maintenant, je comprends mieux l'enthousiasme d'Hélène.

Maintenant, je veux lire TOUS les Mourlevat.

(Et l'avoir rencontré n'a fait qu'accentuer cette envie !)

Dans un pays dont le nom est tu, dans une contrée lointaine et imaginaire existe un internat où le quotidien est un calvaire pour les orphelins pensionnaires de ce lieu. Les professeurs sont de véritables tyrans et tout semble sous contrôle. Joie et confort ne sont que de lointains souvenirs pour les jeunes qui ont eu le malheur d'être envoyés ici. Rigueur, austérité, loyauté et obéissance rythment la vie de l'internat.

Milena et Helen sont très amies. Très tôt dans l'année, Helen va ressentir le besoin d'aller voir sa consoleuse. La consoleuse est une jolie trouvaille de Mourlevat: trois fois par an, les élèves peuvent sortir de l'internat pour aller retrouver ces femmes aussi énormes que sympathiques afin d'apaiser leurs esprits tourmentés à l'internat. Durant cette visite, Milena accompagne Helen, mais prend une décision de la plus haute importance : elle va décider de ne jamais revenir dans ce lieu liberticide. Elle s'échappe avec Bartoloméo, un jeune garçon de l'internat que les filles ont croisé sur la route qui les menait chez leur consoleuse. Helen, loin de se douter des choix faits par son amie reste bouche bée lorsqu'elle découvre le mot de Milena qui lui demande juste de la pardonner. Dès lors, commencent deux formidables aventures qui tiendront brillamment le lecteur en haleine. D'une part, celle de Milena et Bart, de l'autre, celle d'Helen et Milos qui partent à leur recherche. Mais pourquoi ce pays étrange semble si hostile ? Très vite, le lecteur découvre que les héros vivent sous un régime totalitaire, dirigé avec poigne par La Phalange, un tyran qui a éteint toute flamme de bonheur et de bien-être chez les habitants du pays. Durant la fuite de nos héros, nous apprenons toutefois que ces enfants avaient une raison d'être tous enfermés au sein du terrible internat, particulièrement Milena et Bart, qui portent en eux sans le savoir la clé qui permettra peut-être de réveiller tout un peuple qui sommeille et qui ne demande qu'à se révolter...

Je crois que je pourrais parler de ce livre des heures entières. J'ai lu ce texte avec passion en voulant vite en connaître l'issue tout en me ménageant des pauses pour ne pas le refermer trop vite. Chaque page, magnifiquement écrite, nous entraîne dans un univers souvent très sombre, dans un parcours haletant. Bien sûr, des parallèles avec certains événements historiques pourraient être faits mais ce n'est pas la priorité de Mourlevat, qui veut nous offrir une histoire ambitieuse qui puisse "passionner et surtout ne pas ennuyer ses lecteurs."  De toute évidence, le pari est réussi : voilà un texte qui suggère plusieurs niveaux de lecture, ce qui lui confère une grande richesse. Je ne saurais que trop vous le recommander. Offre-le, dévorez-le, conseillez-le à vos élèves. C'est un livre à mettre entre toutes les mains et c'est indéniablement mon grand coup de coeur de ce début d'année 2012 ! Je pense vite m'attaquer à un autre Mourlevat tout aussi encensé par ma copine Marie : Le Chagrin du roi mort.

 

Je poursuis lentement mais sûrement le challenge musical d'Anne...

challenge-Des-notes-et-des-mots-4-pola



Repost 0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 10:38

NYC_Times_Square-pola.jpg

Repost 0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 07:00

La-Page-blanche-Bagieu.jpgC'est grâce au talent de deux mains qu'est née cette jolie BD La Page Blanche. Je connaissais déjà Pénélope Bagieu pour avoir chroniqué plusieurs de ses publications en étant souvent, voire presque toujours enthousiaste. (J'avoue que je me lance les yeux fermés lorsqu'une nouvelle parution est annoncée.) Lisa a d'abord chroniqué La Page Blanche, Eglantine a ensuite acheté le seul exemplaire disponible au salon du livre en me narguant un peu, , puis  L' Irrégulière a posté son billet... Bref, il m'a fallu un peu de patience avant de me retrouver en tête-à-tête avec ces pages très attendues...

Eloïse pleure sur un banc quand tout à coup elle se pose la question des raisons de sa présence ici, dans CETTE rue, sur CE banc. En quelques secondes tout bascule. Rien de ce qu'elle est ne lui rappelle quoi que ce soit. Qui est-elle ? Quelle profession exerce-t-elle ? Quelles sont les passions et envies qui rythment son quotidien ? Et pourtant, elle reconnaît encore les rues et les stations de métro parisiennes, certains repères demeurent bien ancrés en elle. Mais rien de ce qu'elle est ne lui évoque la moindre chose. (Amis, famille...) "Une amnésie de cinéma" comme lui suggèrent des spécialistes qui l'envoient très rapidement chez un psy.

Telle une détective, elle se lance alors dans une véritable enquête pour retrouver qui elle est. Le mur de "son" appartement concurrence sans difficulté celui des bureaux de police : photos, mails, chronologie incertaine, liens avec son passé, documents officiels divers et variés. Tout est fait pour retrouver celle qu'elle était.  Au fil des jours, elle crée de nouveaux liens et confie son désarroi à Sonia, une de ses collègues. (Eloïse découvre, entre autres, qu'elle est libraire, et rien que pour ça, je l'aime d'amour...) Malgré les informations qu'elle collecte, aucun déclic ne se fait, elle ne se "reconnaît" pas dans ce qu'elle découvre et sa quête d'identité tourne en rond...

Cette BD nous permet de suivre, comme dans  Cadavres exquis ou  Joséphine une héroïne paumée et à l'humour ravageur (Je pense notamment aux multiples hypothèses toutes aussi extravagantes qu'elle envisage au sujet de son passé ou des raisons de son état...) . Le scénario est plutôt intéressant et la quête d'Eloïse, bien que longue et peu fructueuse nous tient en haleine. L'association de Boulet & Bagieu se révèle un succès puisqu'ils nous offrent un personnage riche, étoffé, qui nous touche et nous fait rire de manière légère, bien que parfois, un sourire triste s'échappe.


Un retour de Moka  chez Mango pour la BD du mercredi...

Repost 0
Published by Moka - dans Comic strip !
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 07:00

Pacte des vierges-pola-copie-1Gloucester, petite ville paumée du Massachusetts.

Petite ville bientôt au coeur du scandale : dix-sept adolescentes attendent un enfant. On les soupçonne très vite d'un pacte irresponsable et la presse s'empare vite du phénomène qui laisse bien des gens perplexes. Malgré les propositions alléchantes des différentes chaînes de télévisions, les jeunes filles se font la promesse de ne pas communiquer à outrance sur le sujet. Toutefois, une journaliste parvient à suivre quatre de ces demoiselles. Ce n'est pas un interrogatoire auquel nous assistons, mais plutôt à un récit de vie, qui à chaque chapitre change de "témoin". Lana, Sue, Cindy et Kylie vont tour à tour évoquer leur expérience sans pour autant tout livrer inconsciemment. Sous "le contrôle" de Lana, chacune va se confier, chacune laissera transparaître une personnalité, un caractère, des sensibilités, des différends. Chacune revendiquera à quel point ce choix est pleinement assumé. De temps à autre, au fil des entretiens, des informations sont divulguées tout en laissant parfois le lecteur frustré, curieux de savoir le bien fondé de cette décision irrévocable. On découvre leurs failles, leur univers familial ce qui permet parfois de comprendre cette envie profonde qu'a Lana de défendre corps et âme un tel projet.

Le livre de Vanessa Schneider se lit assez rapidement et nous offre de jolis témoignages. Il ne m'a pourtant pas transportée ni laissé un souvenir impérissable. Si la fragilité des adolescentes a su me toucher, si certains des témoignages sont bouleversants, j'ai trouvé que la fin du livre arrivait un peu trop vite, qu'il manquait quelque chose pour donner de l'ampleur à ce texte et à cette "enquête". Bref, un bon livre, un sujet qui dérange mais dont le traitement n'est pas suffisamment abouti à mon goût. Je vous le conseille malgré tout, mais cela peut attendre la sortie en poche...

 

Merci Rémi de Priceminister  pour cet envoi !

1% rentrée littéraire-pola

4/7

Repost 0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 09:32

 


 
Repost 0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 07:00

NEW-YORK-pola01.jpg

Repost 0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 07:00

My January

10 / 9 / 8 / 7 / 6 / 5 / 4 / 3 / 2 / 1........... BONNE ANNEE !!!!

Nouvel an chez ma ROUSSE !!!! (Et fin de soirée/ Début de journée improvisé qui fait du bien ! ) / Des soirées au ciné / Un week-end de princesse magistralement orchestré à Paris / Un restaurant magique qui me rappelle Prague / Un menu incroyable au Bouillon Racine/ La bourse aux vieux livres / Un tête à tête "insouciant" / Paris by night et l'envie que le temps s'arrête / Le désastre de La Dame aux Camélias pour la première à l'Odéon / Un hôtel charmant à Montparnasse / L'expo Munch très courte, pour une queue, très longue / L'expo L'aventure des Stein au Grand Palais /L'achat de mon REFLEX !!! / Le kebab qui remplace la soupe (et les bonnes résolutions...) / L'expo photo de Marion à la Fontaine / Le resto à 10...12...puis 14/ La préparation du salon du livre avec mes trolls / Un mail de voeux plaisant à lire / La rencontre avec Jean Claude Mourlevat / Une petite baisse de motivation au boulot assez rare pour être soulignée / Des envies de voyages, tout le temps / Les dimanches dvd chez les F. / Les blagues de Rémy / La reprise du bad et des courbatures/ Le week-end salon du livre /Flipper à l'idée de descendre deux étages pour faire pipi pendant un revisionnage de Shining / Pleurer durant les dix dernières minutes du dernier Eastwood et retrouver ce qui me fait tant vibrer quand je regarde ses films /Un restaurant péronnais avec Lisa et ses copines / Une clé orange en moins sur mon porte-clés /Les " j'allais le dire" / Un passage éclair de Marion à Péronne /Soirée "A trois sur un matelas pour regarder l'Orphelinat"/  La nouvelle carte des Gars du Nord / Un nouveau morceau de piano / Un coup de gueule difficile à digérer / La saison 3 de TOP CHEF ! / Un "Rimbaud" dans ma boîte aux lettres.

Repost 0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 07:00

Parce que ce texte doit être un de ceux que je préfère en ce moment...

 Albin-de-la-Simone-pola.jpgJeanne-Cherhal-pola.jpg vincent-delerm-sur-scene-2428894_2041-pola-copie-1.jpg 

  Les gens qui doutent

 

J'aime les gens qui doutent
Les gens qui trop écoutent
Leur coeur se balancer
J'aime les gens qui disent
Et qui se contredisent
Et sans se dénoncer

J'aime les gens qui tremblent
Que parfois ils ne semblent
Capables de juger
J'aime les gens qui passent
Moitié dans leurs godasses
Et moitié à côté

J'aime leur petite chanson
Même s'ils passent pour des cons

J'aime ceux qui paniquent
Ceux qui sont pas logiques
Enfin, pas comme il faut,
Ceux qui, avec leurs chaînes,
Pour pas que ça nous gêne
Font un bruit de grelot

Ceux qui n'auront pas honte
De n'être au bout du compte
Que des ratés du coeur
Pour n'avoir pas su dire
"Délivrez-nous du pire
Et gardez le meilleur"

J'aime leur petite chanson
Même s'ils passent pour des cons

J'aime les gens qui n'osent
S'approprier les choses
Encore moins les gens
Ceux qui veulent bien n'être
Qu'une simple fenêtre
Pour les yeux des enfants

Ceux qui sans oriflamme,
Les daltoniens de l'âme,
Ignorent les couleurs
Ceux qui sont assez poires
Pour que jamais l'Histoire
Leur rende les honneurs

J'aime leur petite chanson
Même s'ils passent pour des cons

J'aime les gens qui doutent
Et voudraient qu'on leur foute
La paix de temps en temps
Et qu'on ne les malmène
Jamais quand ils promènent
Leurs automnes au printemps

Qu'on leur dise que l'âme
Fait de plus belles flammes
Que tous ces tristes culs
Et qu'on les remercie
Qu'on leur dise, on leur crie
"Merci d'avoir vécu

Merci pour la tendresse
Et tant pis pour vos fesses
Qui ont fait ce qu'elles ont pu".

 

Repost 0

Pour Faire Connaissance...

  • : Au milieu des livres...
  • Au milieu des livres...
  • : Au fil des pages, mon univers se construit. Des livres, quelques clichés, des envies d'ailleurs, des rendez-vous dans les salles obscures et des instants musicaux.Bienvenue au milieu des livres...
  • Contact

Plongée dans...

 

 

http://syros.fr/blogs/syros-le-blog/wp-content/uploads/2013/04/CV-Nox-tome-2.jpg

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782369020042.jpg

Chroniques

 

Chroniques-livresques.jpeg

 

Comic-strip-copie-1.jpeg

Mon-nombril.jpegMoi-apres-mois.jpeg

On-the-road.jpeg

Je suis ici aussi...

Pinterest.jpg