Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 07:55

Broche-9780.JPG


Voilà que moi aussi, j'ai cédé à ce phénomène blogosphérique. Et voilà que moi aussi, j'ai chialé dans mon canapé émue par ce roman de toute beauté.

Bon l'histoire est assez simple puisqu'il s'agit d'une rencontre entre deux adolescents cancéreux qui tourne très vite à l'histoire d'amour, avec toutes les complications que cela entraîne quand on a 17 ans et qu'on sent que chaque jour n'est qu'un sursis dans cette put*** de vie. Mais qu'importe. Si cette vie n'a d'autre issue que d'être trop brève, elle aura le mérite et l'honneur d'être grandiose et grisante. John Green offre donc à ses lecteurs des héros dont le temps est compté, une tragédie moderne en somme.

La jeune Hazel, d'une finesse et d'une intelligence rares va vite charmer par ses réparties aussi cyniques que cinglantes le jeune Apollon unijambiste qui répond au doux nom d'Augustus Waters, un garçon qui vit caché derrière ses métaphores. Une complicité fulgurante va les conduire à vivre, à l'aube de l'âge adulte qui semble inaccessible pour eux, la plus belle des histoires d'amour. Une histoire forte, incandescente. La force du livre réside, je pense, dans cette capacité qu'a l'auteur d'inventer des personnages très forts, particulièrement poignants, qu'il s'agisse des deux charismatiques protagonistes ou des personnages secondaires. (Mention spéciale pour Isaac et le père d'Hazel) Chacun fait de son mieux pour accepter le quotidien, le "monde comme il va". Que les personnages laissent exploser leur impuissance aux yeux des lecteurs ou qu'ils fassent de la retenue un art de vivre, ils sont tous des êtres grandioses malgré leurs failles dont l'aura ne vous quittera pas une fois le livre refermé.

" J'avais consacré le plus clair de ma vie à m'efforcer de ne pas pleurer devant les gens qui m'aimaient, je savais donc ce qu'Augustus était en train de faire.Vous serrez les dents, vous relevez la tête, vous vous dites que, s'ils vous voient pleurer, ils vont avoir mal et que vous ne serez jamais rien d'autre que de la tristesse dans leur vie. Et comme vous ne voulez pas qu'ils vous résument à de la tristesse, vous ne pleurez pas, vous vous dites tout ça dans votre tête en regardant le plafond, puis vous déglutissez un grand coup, même si votre gorge s'y oppose, et vous regardez la personne qui vous aime en souriant."

De belles personnes qui souvent se cachent derrière un humour piquant, drôle à souhait, à défaut de thérapie plus efficace. Alors je vous arrête tout de suite, certains ne vont s'arrêter que sur les mots "amour" "ado" "cancer" et se dire que ça ne les enchante guère ou que l'on va vite sombrer dans un sentimentalisme larmoyant et chiant à crever. Détrompez-vous. Quelle erreur que de passer à côté d'un si beau texte. Un livre que je voudrais offrir, conseiller, prêter et partager avec tout amoureux de la lecture ou tous ceux qui ne le sont pas encore. On atteint là un sommet en terme de littérature jeunesse. Une pépite qui vaut bien quelques larmes.

"Quand on est admis aux urgences, une des premières choses qu'on vous demande, c'est d'évaluer votre douleur sur une échelle de un à dix. On m'avait posé cette question des centaines de fois au cours des dernières années [...]

- Tu sais comment je sais que tu es une battante ? Tu dis neuf, quand c'est dix.

Mais ce n'était pas tout à fait vrai. J'avais dit neuf parce que je gardais le dix en réserve. Et voilà qu'il était là, cet énorme et terrible dix, qui me giflait à tour de bras tandis que j'étais allongée sur mon lit à regarder le plafond."


Lundi, clairement, mes grands trolls auront le droit à mon passage en revue des lectures incontournables de l'année avec ce titre en tête de liste.

" Il arrive qu'à la lecture de certains livres on soit pris d'un prosélytisme étrange, tout à coup persuadé que le monde ne pourra tourner rond que lorsque tous les êtres humains jusqu'au dernier auront lu le livre en question." Tout est dit. Pas mieux.


Ceux qui sont aussi tombés sous le charme...

Jérôme (qui n'a pas pleuré mais...) , Stephie, Leiloona, NouketteCess, Mlle PointillésFée Bourbonnaise.

Allez, on court sans plus attendre chez son libraire...

(Et Hélène, il nous le faut dans ton CDI !!! )

logo saison3 Challenge amoureux irrégulièreCe billet doux s'ajoute donc à ma liste de lectures pour le 

challenge amoureux de L'Irrégulière saison 3

dans la catégorie « Eros et Thanatos »

 

Repost 0
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 06:30

My-February-2013.JPG

Se dire que "Sous le vent" sera la chanson associée au brevet blanc / Le duo endiablé avec mon Al' sur ladite chanson en salle des profs / Lapin-dicite, ça doit faire mal / Des pies à damner un saint /Une séance de dédicace couronnée de succès à la Fontaine / Faire la rencontre d'Isabelle et découvrir son joli univers /Un dimanche chez les parents / Les "petites cagnottes" de Dom / Une journée gastronomique / Le thé des vieux garçons / Comme une envie de tatoo / Une Micramilla capricieuse /Un AVS qui me confie aimer assister à mes cours / Un parmentier de canard en écoutant Bashung et en buvant un Saint-Emilion / Cet ami qui me veut du bien /Un dessert aux framboises qui croustille, qui fond et me fait fondre / Un petit goût de chine / Un tablier turquoise / Des bulles de petits bourgeois ivres / A la recherche de la copie égarée / Un pas vers la certification / La copie retrouvée / Reprendre contact avec Amélie en lisant un livre / Toi, Django et moi./ Un éclair au café et des bulles / Se délecter des mots d'Emma Becker / Des princesses sur Pola /Ne laisser qu'un petit flocon sur ma fenêtre /Une soirée batterie totalement improbable / Les conversations de bricoleurs entre Yo et ma Rousse / De la Clairette et des pizzas / Une séance de lecture à voix haute pour les hormones de Yohan / Des ouuuhh et des ahhhh /  Une curieuse et inexplicable envie de m'échapper en Bretagne et de lire face à la mer./La dernière petite pilule D35 / Craindre le retour des boutons et flipper comme une ado /"Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes" /Le champagne Demoiselle / Déjeuner avec Virginie et Germain / Celui qui trouve le temps de voyager quand ça l'arrange / L'anniversaire de mon père / Un risotto sans riz arborio /Celle qui se contente d'être de "passage" / Faire le plein de lectures et de mots / Repartir pour une troisième saison du challenge amoureux / Aimer mes six catégories pour ce challenge de L'Irrégulière /Un pari avec Soizic où il est question d'un barbu et de bon vin /Mon voisin con qui déménage / Mon autre voisin portugais qui me murmure à demi-mot "Lui, je ne l'aimais pas du tout, et je sais que vous non plus" / Un sourire complice /Un rendez-vous sur un quai de gare / Un séjour parisien / Un appart charmant /Un programme chargé / Un restau avec Marie Golotte et la Rousse/Discuter avec José / Trouver des cadeaux  / Faire partie du jury du prix Relay des voyageurs avec des blogueuses d'exception (Elles se reconnaîtront) / S'échapper seule cet été pour une noble cause ? / Les quatre ans de mon blog / Se voir offrir des pinces pour recharger ma batterie (Merci maman) / Une Micra qui me plante un soir sur le parking d'une gare / Un dépannage sympathique / Une Rousse qui ne craint pas les sens interdits et les bordures de trottoir /Enfin m'offrir un pull Le Bestiaire / Un "tête-à-thé" avec ma Blonde et des coeurs coulants aux spéculoos/Dévorer les chroniques BD de Pénélope sur le site Madmoizelle TV /Des bijoux qui blessent / La goutte d'eau /Des bassesses sans scrupules /Regretter d'avoir fait semblant de la croire / Un délicieux repas avec la non moins délicieuse Gwenn /Un thé Jardin Bleu aux Gambadins / Ma première séance chez l'orthoptiste / Une migraine monstrueuse / Un pied douloureux. Trop /Lire dans mon bain et pas que. / Envoyer des invitations / Les copines qui répondent à l'appel et la promesse de belles soirées / Réserver un matin en une minute deux places pour Quartier lointain au théâtre / La déco de mon bureau que j'aime follement / Paul et moi, à Québec, et tout ça grâce à Fred /" Tu aurais pu ... " et ses déclinaisons infinies / Et ne parlons pas de ce que "tu aurais dû". / Foutaises (bis)/ Cette façon bien à toi de faire comme si... /Yo et ses diaporamas/ Un vin blanc sucré avant une soirée montagne / Tarte à la myrtille, vin et raclette chez la belle Brune / Des MMS pour divertir un ami qui s'ennuie/Cinq belles au bois dormant / De l'anxiété parfois contagieuse / Hurler furieusement à l'intérieur mais se taire lâchement pour maintenir la "paix sociale". / Rédiger ce CV et cette lettre de motivation / Pleurer encore et encore en lisant Rabagliati /La venue de Dom pour le goûter et le dîner / Des cadeaux : des macarons, mon parfum que j'aime tant, une BD dans la série Paul et un miroir magnifique /Le concert de Julien Clerc / Deux pianos , de jolis mots, des mélodies qu'on connaît par coeur et qui nous portent. / Celle qui me console et m'apaise par sa simple présence / Un mois qui s'achève en beauté.

 

 

Repost 0
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 07:00

BD-9354.JPG

" Ce quartier autrefois familier, je l'avais cru lointain, à jamais enfoui dans ma mémoire.

Je me tenais pourtant en son coeur, immobile et désorienté."

 

Il y a trois ans, je n'avais que les Tintin et les Asterix (et les Tom Tom et Nana ahum ) pour seule "culture BD" et voilà que depuis quelques mois, je me prends le neuvième art en pleine face. D'abord Hautière et l'inégalable Abélard, puis Chabouté et son sublime Tout seul, et maintenant Taniguchi avec son émouvant Quartier lointain. Mais comment ai-je pu attendre et rester si longtemps dans l'ignorance ? Comment ai-je pu vivre de manière épanouie avant ça ? (Comment ça j'en rajoute ?) Quartier lointain m'a été offert pour mes 26 ans par Marion et j'ai attendu plus de deux ans avant d'ouvrir ce précieux cadeau. Et là, en quelques heures, j'ai pu me délecter de chacune des pages de cette histoire fantastique.

Un homme après une soirée bien arrosée se retrouve dans un train qui ne le ramène pas chez lui. Quand il reprend plus ou moins ses esprits, il constate qu'il est de retour dans son village d'enfance. Spontanément il s'arrête dans le vieux cimetière où est enterrée sa mère. A moitié somnolant, il s'endort et se réveille dans le corps de l'enfant qu'il était à 14 ans. Ce bond dans le passé ne se fait pas sans une certaine émotion puisque tous ses proches, aujourd'hui disparus, sont bien présents autour de la table familiale : sa grand-mère, sa mère et son père qui a disparu du jour au lendemain sans jamais donner de nouvelles.

D'abord bouleversé et troublé, il va finir par accepter cette situation totalement incongrue pour revivre son adolescence au regard de ce qu'il sait de son avenir. C'est aussi l'occasion pour lui de retrouver ce père absent, ce père qui a pris la fuite, tout en essayant d'en savoir plus sur les choix qui l'ont motivé à partir. Et s'il pouvait changer le cours de sa vie en profitant de cette parenthèse temporelle insaisissable ? Et s'il pouvait faire en sorte que son père ne parte jamais ? Deux paris impossibles qui seront les enjeux majeurs de cette BD.

Quartier lointain ne pouvait donc que me plaire... Quelle merveilleuse lecture tu m'as offerte ici ... Une oeuvre qui réveille l'enfant qui sommeille en vous, qui vient toucher la corde sensible des nostalgiques d'une jeunesse passée parfois trop vite. Un condensé de finesse, de douceur et de subtilité qui sert à merveille une histoire qui touche à des émotions, des souvenirs universels. Un Camille redouble à la japonaise. Une BD qui indéniablement restera une de mes préférées. A venir, un article sur le très beau Les Années douces que j'ai achevé dernièrement (et beaucoup aimé !). Mon prochain Taniguchi sera Le Journal de nos Pères. En bref, autant le dire tout de suite, je veux lire TOUT Taniguchi !

 

Ah oui, j'ai besoin de vos conseils... Quelles autres fabuleuses BD me conseilleriez-vous ?  Ou pour poser la question autrement, quels sont les deux ou trois titres à avoir lu impérativement et qui ont été une véritable révélation pour vous ?

topbd blogueurs 2013

19/20

Logo BD Mango Noir

Le rendez-vous de Mango.

Repost 0
Published by Moka - dans Comic strip !
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 07:00

Gwenn.jpgGwenn : "Il faut savoir raison garder"

Hier, je suis rentrée de Paris, comblée. Mais aussi complètement frigorifiée, totalement épuisée, et en ayant une fois de plus la désagréable surprise de voir que ma Micramilla refusait de s'ouvrir et de démarrer... (ça, c'est la partie du "jeu" la moins agréable.)

Le lendemain s'est révélé bien plus réjouissant et réconfortant.. Après huit longs mois, j'ai retrouvé une personne chère à mon coeur puisque lundi midi, j'avais rendez-vous avec une jolie blogueuse à la chevelure ténébreuse... Gwenn, du blog Deuzenn's garden m'a retrouvée chez Papa Bagel pour un déjeuner durant lequel nous avions tant de choses à nous raconter. L'occasion de parler bouquins, blogs, voyages, projets, changements de vie salvateurs... L'occasion aussi, de lui dire combien je l'aime (mais ça, elle le savait déjà) et combien sa présence ici me (nous) manque. Et parce que huit mois, c'est long, deux bagels, quelques frites au pavot et deux desserts à tomber plus tard, pas une minute n'a finalement été accordée au silence... Puis, j'ai retrouvé ma Dom autour d'un thé, un doux moment, un petit bonheur qui fait du bien... Retour express chez ma Rousse en mode Belle au bois dormant pour une autre pause thé macarons...

Friends---Co-9713-copie-1.JPGFriends---Co 9706 

Le soir, c'est un peu Noël dans ma petite maison gelée. J'ai reçu le colis gagné à l'occasion du bloganniversaire de celle qui a les plus jolies cuisses de la blogo ! Astrid, tu m'as vraiment gâtée ! Merci infiniment pour ces petits bouts de toi qui ont rendu ma fin de journée encore plus délicieuse.

Et puis, l'adorable Bénédicte m'a fait un cadeau très chouette. (Ouais, facile) Elle a eu pitié de mon incapacité chronique à tricoter (N'est pas la Biche qui veut...) et juste comme ça, pour me faire plaisir, elle m'a envoyé cette bestiole que j'adore et arbore déjà fièrement...


Friends---Co-9725.JPGMerci Bénédicte !


Tout ça, le jour où mon blog fêtait ses quatre ans, avec une pluie de doux mots que vous avez laissés ici pour l'occasion. Vous pouvez encore participer au tirage au sort jusqu'à la fin du mois... Quoi qu'il en soit, un simple merci semble bien fade...

 

PS : Joyeux anniversaire à un barbu qui se reconnaîtra s'il passe par là...

 

Repost 0
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 07:00

Tadammmmmm !

Voilà, ce petit endroit rien qu'à moi existe depuis quatre ans aujourd'hui !


Merci de me lire, de me laisser vos messages, et de vous manifester en m'ouvrant la porte de vos univers, d'être pour certaines devenues un peu plus présentes "In Real Life"... 

Pour fêter ça, champagne ! , je procéderai à un petit tirage au sort parmi les messages laissés en commentaire sur cet article jusqu'à la fin du mois  et je posterai une enveloppe surprise à l'un(e) d'entre vous... Profitez-en pour me raconter un peu de quelle manière vous avez découvert ce blog...

Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, j'ai le Tome 1 d'Abélard  de Régis Hautière en double qui pourrait bien arriver chez un(e) chanceux/(se) qui laissera un petit message par ici... Une deuxième occasion d'être comblé(e) vous est donc offerte ! Oui, je vous vends du rêve... Si vous n'avez pas lu ce bijou et que vous aussi vous voulez voir votre vie bouleversée par cette jolie BD, persuadez-moi que c'est VOTRE nom qui doit figurer sur l'enveloppe ;)


(Attention, la fin février arrivera très vite...)

Bonne chance !

 

Happy-birthblog.jpg

Et moi, je sais faire ça aussi !

(Bon je vous rassure, je ne l'ai pas fait pour l'occasion, trois

gourmands en ont profité allègrement le jour de leur anniversaire ! )

 

 

Repost 0
Published by Moka - dans Evénements
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 06:15

Mon-nombril-9396.JPG

Mon-nombril 9397 

Mon tote-bag barbu, mes ongles fraîchement vernis, La Conversation amoureuse d'Alice Ferney pour le train, un petit carnet plein de bonnes idées (celui offert par Al') pour dévaliser des librairies, mes tenues de princesse, les bonnes adresses d'Amandine, l'expo Mille et une nuits, le rendez-vous avec  Marie Golotte pour une pause déjeuner samedi midi, mon appareil photo, mes places de théâtre pour aller voir Inconnu à cette adresse avec Charles Berling et Gérard Darmon, la carte bleue mise au repos cette semaine pour les trois journées difficiles qui l'attendent, l'enveloppe "petits plaisirs" de Dom ...

Ce matin, j'ai donc rendez-vous avec ma Rousse sur un quai de gare. C'est beau. Echappée belle vers Paris... Le moment tant attendu de nos vacances. Je viens donc vous rendre visite dès mon retour et vous raconte ce périple culturogastroshoppingesque.

A lundi !

(Vous serez là n'est-ce pas ?

On fêtera d'ailleurs les 4 ans de mon petit blog !)


Repost 0
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 07:00

Romans-9341.JPG

Aperçu chez Lisa, j'ai su au premier coup d'oeil que ce livre serait vite en ma possession et qu'il serait un de mes coups de coeur de l'année. Pourquoi ? D'abord, pour cette quatrième de couverture :


"D'aberrant à zénith, un homme nous livre

sous la forme d'un abécédaire, le récit de son couple,

de l'émoi de la rencontre jusqu'à l'usure du désamour,

dévoilant des émotions à la fois intimes et universelles..."


Ensuite parce que j'aurais pu pour ce billet, recopier absolument tous les passages qui m'ont touchée et me contenter de ces simples citations qui disent tant et tout à la fois. Voilà un livre qui parlera à tout amoureux: celui qui a aimé comme un fou, et qui a aussi connu le douloureux revers de la médaille. David Levithan m'a littéralement bouleversée à travers ces quelques centaines de pages. Des petites choses anodines teintées d'humour ou de cynisme, d'amour et de désillusions. Il dit le couple par bribes, n'épargne pas ses douleurs et murmure avec tendresse ses petites victoires.

 

ABYSSE, nm.

Il m'arrive de douter de tout. De regretter tout ce que tu m'as pris, tout ce que je t'ai donné, et le gâchis que représente tout le temps que je nous ai consacré.

 

ARRIERES, nm pl.

Ma fidélité était aussi inconsciente que ton écart. Parmi tout ce qui aurait pu aller de travers, jamais je n'aurais imaginé que ce serait ça. "C'était une erreur" as-tu dit. Mais le plus cruel, c'est que j'avais l'impression que c'était moi qui avais commis une erreur, en te faisant confiance.

 

BASE, nf

Il y a forcément un moment, au début, où on se demande si on est amoureux de la personne ou amoureux de l'idée même de l'amour. Si ce moment ne passe pas, terminé - c'est foutu. Et s'il passe, il ne s'en va jamais bien loin.

 

BRECHE, nf

Je ne voulais pas savoir qui c'était, ni entendre ce que vous aviez fait, ou que ça ne voulait rien dire.

 

CONJURER, v

"C'est moi qui te quitterai" m'as-tu murmuré en guise d'avertissement. J'avais l'intime conviction que tu te trompais. J'avais la conviction que ce serait moi qui foutrais tout en l'air. Mais je l'ai gardé pour moi.

 

CORRODER, v

J'ai passé tout ce temps à bâtir une relation. Et puis un soir, j'ai laissé la fenêtre ouverte, et l'édifice a commencé à rouiller.

 

RESERVE, nf

Parfois, j'ai peur de m'être déjà perdu. Peur que le fait d'être avec toi soit devenu si constitutif de ce que je suis que, si nous devions nous séparer, je n'existerais plus. Je réserve cette pensée pour les moments d'immense insatisfaction. Je n'ai jamais eu l'intention de dépendre autant de quelqu'un.

 

RESTE, nm

Reste avec moi pour tout le reste.

Là, viens plus près.

Nous sommes là.

 

Voilà, les bribes. Les autres restent à saisir. Elles en valent tellement la peine. A lire aussi pour l'article CHAMPAGNE, FUNESTE, HASARD, LONGTEMPS, LOUVOYER, POSTERITE, RETRACTATION, TABLEAU, TRANCHANT, UBIQUITE pour les frissons provoqués par les passages que je ne cite pas, pour vous retrouver, pour le/la garder encore un peu près de vous.

Pour ces mots-là, murmurés tout bas. Mots qu'il était totalement improbable de retrouver ici. Les initiés saisiront la référence. Les autres s'empresseront de faire quelques recherches et de regarder ce film merveilleux.

 SLOGAN, nm

A la fin d'un film français, l'amant chante "Aime-moi moins, mais aime-moi longtemps."

 

Ce billet doux s'ajoute donc à ma liste de lectures pour le 

challenge amoureux de L'Irrégulière saison 3

dans la catégorie « Maux d'amour »

 

Repost 0
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 07:00

BD-9333.JPG

J'avais lu et chroniqué le livre il y a deux ans et j'en ai récemment parlé avec mes trolls parce qu'on bossait sur les nouvelles/romans à chute... Et par le plus grand des hasards, voilà que la BD arrive chez ma Nath dans ma petite librairie. Pour résumer brièvement l'histoire, la famille Tuvache possède un commerce assez atypique puisque dans cette boutique, chaque client peut choisir la manière dont il pourra mettre fin à ses jours. Glauque, grave ? Pas sous la plume de Jean Teulé, qui maîtrise l'humour noir et le cynisme avec brio. Je vous renvoie à mon billet sur le livre pour plus de détails concernant l'histoire. L'adaptation proposée par Oliver Ka et Domitille Collardey est assez fidèle à l'oeuvre de Teulé et joue admirablement bien sur les contrastes et les couleurs. Tout est gris, terne. Sauf ce petit berceau qui trône au milieu du salon et qui annonce une vraie révolution. Ce petit dernier a une bien curieuse "maladie" : la joie de vivre. Au fil des pages, le scénariste et la dessinatrice contaminent leur histoire de couleurs et de bonne humeur malgré ce père taciturne qui refuse de voir sa boutique perdre de son prestige. Une mission qui n'est pas sans risque pour cet enfant qui ira très loin pour les convaincre de l'importance d'être heureux. Une adaptation réussie, une lecture rafraîchissante, et une folle envie de plonger dans les planches pour ouvrir tous les vieux tiroirs de cette boutique aussi fascinante que loufoque.

 

Magasin-suicides-BD.JPG

 

Logo-BD-Mango-Noir.jpg

Le RDV de Mango

topbd-blogueurs_2013.jpg

Note : 17 /20

 


Repost 0
Published by Moka - dans Comic strip !
commenter cet article
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 07:00

Jeunesse-9321.JPG

 

Aujourd'hui, j'ai rendez-vous avec la charmante Gwennaëlle du superbe blog Deuzenn's garden pour une lecture commune qui nous tient particulièrement à coeur puisqu'il s'agit du grand Jean-Claude Mourlevat

C'est toute fébrile que j'ai repéré l'unique exemplaire sur les étagères de ma librairie. Oui parce que grâce à Hélène cet auteur fait désormais partie de mon "Panthéon jeunesse" et il me semblait inconcevable de rater cette sortie. (J'ai appris entre temps que Gwenn avait sauté sur l'autre exemplaire venu remplacer le mien dans notre jolie Fontaine)

Dans ce nouveau livre, l'auteur délaisse le genre romanesque pour se consacrer à l'écriture d'un recueil de nouvelles. Il nous avait prévenus lors de son passage au collège, qu'il s'agissait de nouvelles noires, très noires qui finissaient mal, voire très mal. Qu'allait-il nous réserver, lui qui sait rendre sa plume si tranchante et cruelle ? Ayant eu le privilège d'assister à une séance de lecture publique, je connaissais plusieurs de ses textes. C'est donc des souvenirs plein la tête que je les ai redécouverts avant de me consacrer à la suite... J'ai donc pris beaucoup de plaisir à retrouver la naïve Pauline, à revoir cette grande victoire dans la vie de cette famille qui construit son titanesque château de sable sur une plage bretonne. J'ai aussi retrouvé, avec une émotion certaine, Madame Maréchal, éprise de poésie... Encore une fois, Jean-Claude Mourlevat offre de jolis mots à ses lecteurs. Je ne vous cache pas que je le préfère romancier car en toute bonne foi, je ne suis pas une grande lectrice de nouvelles, mais il réussit sans peine ce pari de la brièveté et de la concision qu'impose le genre. L'ensemble des textes est parvenu à me convaincre et à emporter mon adhésion (un bémol peut-être avec "Don Juan"...). J'ai aimé cette façon de mettre en scène ces personnages ordinaires dans un quotidien qui les malmène avec plus ou moins de cruauté. (Je ne vous cache pas que j'imaginais que Mourlevat serait allé un peu plus loin en matière de férocité) Quant à la dernière nouvelle, qui est une de mes préférées (avec "Les jolis nuages") , c'est un joli clin d'oeil qu'il nous fait . Je n'en dis pas plus, habitués, convaincus de la première heure ou simples curieux, procurez-vous ce titre !

 

Vous venez avec moi chez la jolie Gwenn histoire de connaître son avis ?

L'avis de Qu'importe le flacon...


 

 

Repost 0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 09:40

Album 9277

" L'herbe la porterait, une fleur n'aurait pas reçu l'empreinte de ses pas"

 

Voilà un billet qui devait marquer pour moi la fin du challenge amoureux de l'Irrégulière saison 2. Lors de la première session, j'avais lamentablement lu un seul titre. Peu fière, j'ai tout de même signé pour la deuxième saison en promettant de faire mieux. A vrai dire je pouvais difficilement être moins performante. Me voilà donc nettement plus efficace cette année avec un challenge presque bouclé. La saison trois sera la bonne.

Pour achever ces lectures amoureuses, Marion et moi avions décidé de faire de notre dernier titre une lecture commune. C'est elle qui m'avait donné envie d'acheter La Danseuse papillon d'Alwett et Lucky et c'était un joli clin d'oeil que d'achever ce challenge avec ce merveilleux album. Pour des raisons de timing (la semaine précédant les vacances étant toujours chargée et pleine d'imprévus en ce qui me concerne) , je ne publie mon article qu'aujourd'hui mais elle ne m'en voudra pas. Enfin, j'espère. :)

Emma est dans son cocon, là, nichée au coeur de la nature bleutée et givrée. Et lorsqu'elle sort de ce fragile carcan ce ne sont pas de jolies couleurs qui réchauffent le regard des hommes qui apparaissent sur ses petites ailes poudrées. Emma est un papillon de nuit, une de ces petites créatures qui cherche dangereusement la chaleur et la lumière. Un soir, elle se pose sur le petit bureau de Théophile et arrive l'improbable : elle tombe amoureuse. Une nuit, un tip-top, un craaac, un shkrrr plus tard, la voilà métamorphosée en délicieuse jeune femme à la chevelure enchanteresse (Raiponce peut pâlir d'envie) et aux petits pieds enveloppés dans des chaussons de danseuse. Gracieuse et légère, elle intègre vite l'Opéra et va devenir la danseuse la plus remarquée. Une étoile est née, ce qui n'est pas sans attiser les jalousies. Toutefois, elle danse, virevolte, avec une seule idée en tête : que Théophile la remarque.

Avec cet album, on atteint à mon sens le sommet de la délicatesse. L'héroïne est splendide, servie par des illustrations de toute beauté qui traduisent cette dualité qui la caractérise si bien : ce charme de la femme qu'elle est, et cette légèreté vaporeuse de créature éphémère. Un vrai bijou dans le paysage des albums. L'union parfaite entre la poésie d'Alwett et le talentueux pinceau de Luky qui offrent à la tradition littéraire des métamorphoses une très jolie touche de modernité.

A la fin de l'album, les personnages n'appartiennent plus à la fiction puisque l'annexe nous révèle que derrière Emma se cache le personnage d'Emma Livry et que le Théophile dont il est question n'est autre que le célèbre Théophile Gautier. Il n'est pas question d'histoire d'amour entre ces deux personnages mais nous découvrons que'Emma Livry a partagé le même destin que notre papillon de nuit et que monsieur Gautier s'éprenait facilement des Etoiles de l'Opéra. Un complément savoureux et passionnant.

danseuse-papillon.jpg

Je n'ai pas encore lu le billet de Marion, allons donc le découvrir ensemble.

Vous me suivez ? C'est ici.

logo saison3 Challenge amoureux irrégulièreCe billet doux inaugure donc le challenge amoureux de L'Irrégulière saison 3

dans la  catégorie « L'Art d'aimer (album) »

Mes autres catégories sont ici.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Moka - dans Albums
commenter cet article

Pour Faire Connaissance...

  • : Au milieu des livres...
  • Au milieu des livres...
  • : Au fil des pages, mon univers se construit. Des livres, quelques clichés, des envies d'ailleurs, des rendez-vous dans les salles obscures et des instants musicaux.Bienvenue au milieu des livres...
  • Contact

Plongée dans...

 

 

http://syros.fr/blogs/syros-le-blog/wp-content/uploads/2013/04/CV-Nox-tome-2.jpg

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782369020042.jpg

Chroniques

 

Chroniques-livresques.jpeg

 

Comic-strip-copie-1.jpeg

Mon-nombril.jpegMoi-apres-mois.jpeg

On-the-road.jpeg

Je suis ici aussi...

Pinterest.jpg