Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 07:00

Autant dire tout de suite que sans cette couverture merveilleuse (que Camille ne pourra qu'adorer) , ce joli roman jeunesse n'aurait jamais trouvé place dans ma bibliothèque !


Jeunesse 1984(Hélène, si tu passes par ici, tu peux ajouter ce joli livre sur nos commandes CDI.)


"Pourvu qu'elle soit vraiment d'amour et votre histoire sera jolie."

 

Voilà, la bombe est lancée, M. Castille le professeur de français, vient de lancer un défi à ses élèves. Ils ont deux mois pour écrire une histoire d'amour dont ils seront les héros . Marie, plus qu'enthousiaste prend ce défi à coeur et veut faire de sa rédaction une histoire singulière. Elle enquête, réfléchit, part à la recherche de ce "garçon parfait" qui aura l'honneur d'être le héros de son récit. De fil en aiguille, elle découvre une impasse. Une impasse qui n'est pas sans lien avec ce fleuriste Le faiseurs de bouquets. Et quelle n'est pas sa surprise quand, "en fouillant un peu" , elle entrevoit un jeune homme qui lui claque violemment la porte au nez. Bien décidée à ne pas en rester là, elle part sur ses traces, sans avoir la moindre idée du secret qu'elle s'apprête à découvrir...

Une histoire d'adolescents particulièrement rafraîchissante autour d'un univers que je connais bien... Voir dans quelle mesure l'écriture peut comme par magie, apporter beaucoup à ces élèves qui rechignent parfois à l'idée même de coucher une phrase sur le papier, ne "sachant pas quoi dire", ne "trouvant pas d'idées"( et autres prétextes fleuris que je vous épagnerai ici.) Un joli rapport à l'écriture dans tout ce qu'elle peut avoir de complexe, travaillé ou spontané. Et puis il y a cette jolie balade au milieu des fleurs, avec l'envie souvent de respirer les pages en espérant y saisir tous les parfums évoqués... Un petit récit, parsemé de doux moments et d'une touche de tristesse que je vous conseille vivement...

Repost 0
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 07:00

Jeunesse-0089.JPG

Il ne m'aura pas fallu attendre très longtemps pour découvrir ce deuxième ouvrage de Jean-Claude Mourlevat. Après mon énorme coup de coeur pour Le Combat d'hiver, j'avais une envie folle de retrouver sa plume et ces univers qu'il sait à chaque fois créer pour y entraîner ses lecteurs.

Cette fois, le quatuor d'adolescents du Combat cède sa place à un duo. Aleks et Brisco sont deux frères. Extrêmement proches, ils sont d'ailleurs surnommés les jumeaux. Surnom trompeur, car leur complicité est aussi forte que leurs liens de sang inexistants. Très vite, le secret de famille précieusement gardé depuis dix longues années va être brisé dans de tristes circonstances. Au même moment, le roi de la Petite Terre, Hogun repose sur la place publique pour recevoir les adieux de son peuple bouleversé par ce deuil. Cet événement politique de la plus haute importance, dans un pays dont la réputation reposait sur une bibliothèque fabuleuse et une vie harmonieuse, va entraîner certaines convoitises malsaines. Les rancoeurs du passé vont vite resurgir et offrir au pays ses plus tristes et sombres années. Au coeur de ces querelles, la séparation des jumeaux va être l'enjeu de tout le livre.

Quelle aventure ! Encore une fois, monsieur Mourlevat signe une oeuvre d'une grande qualité qui n'est pas sans me rappeler le talentueux Tolkien. Qu'il s'agisse de ses personnages toujours très attachants (bons comme mauvais) ou des multiples quêtes qui  animent  ses héros, cet auteur a ce don incroyable de nous transporter dès les premières lignes. Une fois de plus, j'ai refermé avec cette petite pointe de regret le livre en déplorant de l'avoir dévoré aussi vite. Voilà un livre qui n'a fait qu'entretenir mes insomnies tant il était  difficile de le reposer une fois ouvert...

Terrienne m'attend désormais sur ma PAL, mais je dois d'abord me replonger dans Vango de toute urgence pour le prix des Inco.

Repost 0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 07:30

Le Combat d'hiverMa culture littéraire dans le domaine de la jeunesse est à perfectionner. J'ai lu tous les Harry Potter (à l'exception du dernier opus que je me réserve pour "plus tard"...), je connais quelques auteurs comme P.Barbeau, E.Balaert, A.Vantal, Thomas Scotto (un de mes préférés !), Maryvonne Rippert (que j'aime d'amour) , C.Roumiguière pour avoir eu l'occasion de les croiser lors de rencontres auteurs/élèves. Je m'intéresse également de plus en plus aux albums que j'aime lire et relire et qui parviennent parfois à m'émouvoir aux larmes... Je n'alimenterai donc pas ici les débats souvent stériles sur la question du statut de la littérature jeunesse dans le paysage littéraire étant convaincue de ses bienfaits et des petits trésors qu'elle nous offre.

Et voilà qu'il y a quelques mois, Hélène, ma collègue doc, les yeux qui brillent et la gorge serrée, m'apprend avec enthousiasme et émotion que l'on va accueillir Jean-Claude Mourlevat courant janvier. Je ne partage pas immédiatement son immense joie, (bien que ravie de rencontrer un nouvel auteur) ne le connaissant que très vaguement et sachant juste que L'Enfant Océan, un de ses premiers livres, était recommandé par les programmes de l'EN à l'époque où la littérature jeunesse avait une place plus conséquente dans l'enseignement du français. Pour être prête pour la rencontre, j'ai tardivement commencé à découvrir ses écrits en ouvrant Le Combat d'hiver. Un choix guidé par la couverture magnifique de la première édition qui m'a immédiatement rappelé Prague et le Pont Charles. (Celle ci-dessus est nettement moins jolie...)  Or...

Maintenant, je sais.

Maintenant, je comprends mieux l'enthousiasme d'Hélène.

Maintenant, je veux lire TOUS les Mourlevat.

(Et l'avoir rencontré n'a fait qu'accentuer cette envie !)

Dans un pays dont le nom est tu, dans une contrée lointaine et imaginaire existe un internat où le quotidien est un calvaire pour les orphelins pensionnaires de ce lieu. Les professeurs sont de véritables tyrans et tout semble sous contrôle. Joie et confort ne sont que de lointains souvenirs pour les jeunes qui ont eu le malheur d'être envoyés ici. Rigueur, austérité, loyauté et obéissance rythment la vie de l'internat.

Milena et Helen sont très amies. Très tôt dans l'année, Helen va ressentir le besoin d'aller voir sa consoleuse. La consoleuse est une jolie trouvaille de Mourlevat: trois fois par an, les élèves peuvent sortir de l'internat pour aller retrouver ces femmes aussi énormes que sympathiques afin d'apaiser leurs esprits tourmentés à l'internat. Durant cette visite, Milena accompagne Helen, mais prend une décision de la plus haute importance : elle va décider de ne jamais revenir dans ce lieu liberticide. Elle s'échappe avec Bartoloméo, un jeune garçon de l'internat que les filles ont croisé sur la route qui les menait chez leur consoleuse. Helen, loin de se douter des choix faits par son amie reste bouche bée lorsqu'elle découvre le mot de Milena qui lui demande juste de la pardonner. Dès lors, commencent deux formidables aventures qui tiendront brillamment le lecteur en haleine. D'une part, celle de Milena et Bart, de l'autre, celle d'Helen et Milos qui partent à leur recherche. Mais pourquoi ce pays étrange semble si hostile ? Très vite, le lecteur découvre que les héros vivent sous un régime totalitaire, dirigé avec poigne par La Phalange, un tyran qui a éteint toute flamme de bonheur et de bien-être chez les habitants du pays. Durant la fuite de nos héros, nous apprenons toutefois que ces enfants avaient une raison d'être tous enfermés au sein du terrible internat, particulièrement Milena et Bart, qui portent en eux sans le savoir la clé qui permettra peut-être de réveiller tout un peuple qui sommeille et qui ne demande qu'à se révolter...

Je crois que je pourrais parler de ce livre des heures entières. J'ai lu ce texte avec passion en voulant vite en connaître l'issue tout en me ménageant des pauses pour ne pas le refermer trop vite. Chaque page, magnifiquement écrite, nous entraîne dans un univers souvent très sombre, dans un parcours haletant. Bien sûr, des parallèles avec certains événements historiques pourraient être faits mais ce n'est pas la priorité de Mourlevat, qui veut nous offrir une histoire ambitieuse qui puisse "passionner et surtout ne pas ennuyer ses lecteurs."  De toute évidence, le pari est réussi : voilà un texte qui suggère plusieurs niveaux de lecture, ce qui lui confère une grande richesse. Je ne saurais que trop vous le recommander. Offre-le, dévorez-le, conseillez-le à vos élèves. C'est un livre à mettre entre toutes les mains et c'est indéniablement mon grand coup de coeur de ce début d'année 2012 ! Je pense vite m'attaquer à un autre Mourlevat tout aussi encensé par ma copine Marie : Le Chagrin du roi mort.

 

Je poursuis lentement mais sûrement le challenge musical d'Anne...

challenge-Des-notes-et-des-mots-4-pola



Repost 0
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 07:45

Arthur-TENOR.jpgEn ce mois de Juin, Arthur TENOR est à l'honneur Chez Pimprenelle. Le principe de son rendez-vous mensuel est de nous proposer de découvrir ou de poursuivre la découverte d'un auteur. En ce qui me concerne, je connais Arthur Tenor de réputation mais je n'avais pas encore eu l'occasion de lire ses livres. Je n'ai donc pas hésité très longtemps pour participer au défi de Pimprenelle. Mon choix s'est donc porté sur le livre Il s'appelait le soldat inconnu. Je me souviens d'un article qu'elle avait écrit à ce sujet et si mes souvenirs sont bons, elle avait beaucoup apprécié ce roman jeunesse.

François voit le jour lorsque s'éteint le dix-neuvième siècle. Ce nouveau-né comble de joie sa famille et les premiers chapitres permettent aux lecteurs de le voir grandir: années d'écoliers, découverte du monde impitoyable des enfants, premiers émois... En effet, une touche de gaieté et de fraîcheur vient toutefois égayer sa vie : la petite Lucie, dont il va très vite tomber amoureux. Les années passent, nos deux personnages grandissent ensemble et  s'aiment tendrement.

Mais très vite, cette quiétude se voit bouleversée par la situation politique de la France. Nous sommes en 1914, et la guerre éclate.

François, au grand désarroi de ses proches, semble fasciné par la guerre et trépigne d'impatience à l'idée de défendre son pays contre l'ennemi. Il est de ces jeunes gens qui,  épris de patriotisme, partiront sur le front "la fleur au fusil". Son père, qui ne sait que trop depuis le conflit de 1870 ce qu'est la guerre, tente de le dissuader. En vain. S'il est appelé, il accomplira fièrement son devoir.

Des grands élans patriotiques aux premiers chocs de la réalité du terrain, Arthur Ténor offre à son personnage une palette de sentiments, de réactions, de "situations" assez riches pour retracer très fidèlement ce que fut le quotidien d'un jeune soldat engagé dans le premier grand conflit mondial. Très vite, l'engouement enthousiaste des premiers temps fait place aux désillusions et l'expresssion "enfer du front" prend tout son sens...

Pas de suspense concerant la destinée du héros, puisque le titre nous met tout de suite au parfum. En effet, Arthur Ténor a choisi de rendre hommage au fameux soldat inconnu qui repose éternellement sous l'Arc de Triomphe. Tout de suite, le lecteur sait ce qu'il adviendra de François. Toutefois, et c'est ce qui est terrible dans ce roman, jusqu'au dernier moment, on espère avec Lucie et les parents de François que notre jeune héros va s'en sortir. Je ne vous cache pas que mon adhésion à l'histoire ne s'est pas faite immédiatement. J'avoue aussi que les conditions dans lesquelles j'ai pu lire ce livre ne m'ont pas facilité la tâche. ( Lire au soleil me fait vite dormir, et je passais l'après-midi avec mes copines princesses chez mon Albine...) Mais hier soir, lorsque j'ai voulu terminer le livre pour ne pas être en retard pour le défi de Pimprenelle, j'ai vraiment été séduite par les mots de Ténor et par l'histoire de François. Je n'ai d'ailleurs pas pu reposer le livre avant de l'avoir achevé. C'est indéniablement une très belle surprise pour moi ! (Et c'est ce qui me vaut sans doute mes cernes ce matin...) J'avais conseillé ce livre à mes troisièmes cette année, en faisant confiance aux conseils de Pimprenelle, et je ne vous cache pas que je saurai leur proposer à nouveau.

Enfin, il est évident que je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin concernant la poursuite de la découverte de l'oeuvre de Ténor. D'autant qu'Hélène, ma documentaliste a quelques titres sur les étagères de son CDI à me conseiller... D'ailleurs, j'y vais de ce pas, histoire d'y emprunter quelques lectures estivales...


Repost 0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 08:13
Bonjour,
Je profite d'un week-end un peu plus calme pour préparer quelques articles...
J'ai le plaisir de participer avec une de mes classes de sixième au prix des Incorruptibles.
Je suis donc plongée dans la lecture de la sélection avant de lancer différents projets de lectures et d'activités avec mes élèves.

La Sélection...

Des étoiles dans le coeur d'Agnès de Lestrade et Laurent Richard.
http://idata.over-blog.com/3/34/35/74//l--toile.gif
Chère Madame ma Grand-mère Elisabeth Brami
http://img.over-blog.com/300x446/0/60/04/32/livres-2/chere-madame-ma-grand-mere.jpg











L'ami l'Iguane
Alex Cousseau
http://idata.over-blog.com/0/60/04/32/livres-2/l-ami-l-iguane.gif
Un Hanneton dans le plafond Martine Pouchain

http://lewebpedagogique.com/stdidier/files/2009/11/hannetondansplafond-199x300.jpg















Les Sages Apalants
Marie Sabine Roger             Sous la Peau d'un homme. Praline Gay- Para
http://img.over-blog.com/500x671/0/60/04/32/livres-2/les-sages-apalants.jpghttp://www.images-chapitre.com/ima3/original/761/1100761_3055795.jpg
















Au fil de la semaine (si le temps me le permet) je consacrerai donc un billet pour chaque livre sélectionné... J'ajouterai l'avis de mes élèves lorsqu'ils auront découvert ces titres...
Affaire à suivre...
Si vous participez à ce prix et que vous en parlez sur vos blogs, un petit lien dans les commentaires afin que je parle aussi de vous...
Bonne lecture !

Repost 0
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 07:15
Devenu un grand classique de la littérature jeunesse, La Sixième de Suzie Morgenstern  a été lu par de nombreux futurs collègiens, anxieux, exités, curieux, impatients de faire leur fameuse rentrée en sixième. J'ai moi-même offert ce livre à quelques cousines ou connaissances pour les inviter à découvrir l'univers de la sixième avant le jour J.

Elles ont alors pu découvrir Margot Melo, et suivre son périple durant la première année passée au collège et ce dès la veille de sa rentrée. Tout au long du récit, nos lecteurs pourront découvrir le fonctionnement de la vie au collège, en passant par tous les changement que cela implique au quotidien.
Déception, enthousiasme, investissement, amitiés, rencontres, voyages seront les mots-clés de cette histoire...

Malgré le fait que l'héroïne de ce roman soit une jeune fille, mes élèves garçons ont su apprécier le livre qui s'est échangé de main en main et qui a fait le tour de la classe assez rapidement (il tourne encore d'ailleurs) Très vite, le CDI s'est vu emprunter ses deux seuls exemplaires... Bref un vrai succès. Les élèves se reconnaissent à travers l'héroïne et voient à quel point leurs inquiétudes sont les mêmes et apprennent aussi que très vite, ils s'habitueront à cette "nouvelle vie".

Un livre à offrir, prêter, donner pour "préparer" à cet événement dans la vie d'un collégien...

La Sixième, Suzie Morgenstern ; Neuf Ecole des Loisirs. 5€23

Belle lecture !
Repost 0
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 20:23

Je ne connaissais Bernard Friot que pour sa littérature jeunesse "jeune public". Mes élèves m'en parlaient souvent et semblaient apprécier. En allant fureter dans le CDI d'Hélène, (ma collègue documentaliste que j'adore, non seulement pour sa passion pour la lecture et les livres  mais surtout pour l'envie qu'elle donne aux élèves comme aux collègues, de dévorer tout son CDI)
, et entre deux conversations sur nos lectures du moment et les projets à mettre en oeuvre avec les classes, elle a réussi à venir augmenter ma PAL le lendemain même de mon défi Objectif PAL. La vilaine tentatrice...
J'inaugure donc en guise de clin d'oeil, ma nouvelle catégorie, intitulée "dans le CDI d'Hélène..."


Revenons-en à ce petit livre Jours de collèges.
Cinq nouvelles, cinq moments, cinq "jours" dans la vie de collégiens.

"L'Accident" vous plonge dans une nouvelle sombre et tragique autour d'un drame venant bouleverser le collège, "Le Foulard" pose quant à lui un regard sur un phénomène de société ayant faisant régulièrement les gros titres de l'actualité...

Mais ce n'est pas seulement le collège que l'on découvre, c'est aussi le quotidien des élèves et des professeurs (sous leurs pires ou leurs meilleurs jours.)
La nouvelle "Marque" dépeint, entre autres,une bande de collégiens projetant de créer une marque de vêtements rien qu'à eux. J'ai vraiment beaucoup aimé toutes ces personnalités et je me suis attachée à ce professeur de français de "Correspondance", celui qui invite ses élèves à "écouter la musique des textes" tout comme j'ai détesté ce tyran de professeur de musique dans "Fausse note"...
Bref, un livre dévoré sur le chemin du retour ( le co-voiturage a du bon...) et que je conseillerais volontiers à mes élèves de quatrième.

Alors si vous faites un détour par votre CDI, librairie ou bibliothèque... Pensez à ce titre...

1 livre à mon actif et qui me rapproche "doucement" de mon objectif PAL

Belle lecture...!
Repost 0

Pour Faire Connaissance...

  • : Au milieu des livres...
  • Au milieu des livres...
  • : Au fil des pages, mon univers se construit. Des livres, quelques clichés, des envies d'ailleurs, des rendez-vous dans les salles obscures et des instants musicaux.Bienvenue au milieu des livres...
  • Contact

Plongée dans...

 

 

http://syros.fr/blogs/syros-le-blog/wp-content/uploads/2013/04/CV-Nox-tome-2.jpg

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782369020042.jpg

Chroniques

 

Chroniques-livresques.jpeg

 

Comic-strip-copie-1.jpeg

Mon-nombril.jpegMoi-apres-mois.jpeg

On-the-road.jpeg

Je suis ici aussi...

Pinterest.jpg